Transversale Sud: grande ligne, petite vitesse

La France en est fière, grâce à ces LGV (Lignes à Grande Vitesse), des TGV desservent de nombreuses villes à travers tout l’hexagone, en grande majorité depuis Paris. Mais à côté de cela il reste des territoires qui eux sont desservis par des trains grande ligne roulant exclusivement sur des lignes classiques, les Intercités, car ne possédant pas de LGV et traversant des espaces moins peuplés. Pourtant dans ce schéma il y a une ligne qui semble faire exception, la transversale Sud: Bordeaux-Toulouse-Marseille-Nice.

En effet, desservant 5 villes parmi les plus grandes de France, et malgré la présence d’un tronçon LGV, la liaison est cantonnée à un service Intercité. Pire, depuis fin 2017 les trains ne vont plus au-delà de Marseille, la SNCF prétextant une saturation de la ligne du littoral, ce qui entraîne la disparition des trains directs entre Nice et les villes de Bordeaux, Toulouse, et Montpellier.

Intercité Nice-Bordeaux en 2014, ici à Beaucaire. La LGV Méditerranée se trouve à quelques kilomètres seulement ©Rémi lapeyre

Quand on compare depuis Toulouse la liaison TGV vers Lyon (513.275 habitants) et la liaison Intercité vers Marseille (861.635 habitants), on se rend compte que globalement la ligne vers la cité phocéenne est plus fréquentée que celle vers la capitale des Gaules, avec une légère inversion en 2014 peut-être dû à la différence du service proposé. Pour autant la ligne Bordeaux-Marseille reste un axe majeur, ainsi entre le premier semestre 2016 et le premier semestre 2017, la fréquentation a augmenté de 14% soit 90.000 usagers supplémentaires sur une ligne qui en transporte 2,2 millions par an! Autre preuve du dynamisme de la demande sur la liaison Sud-Sud, la desserte Bordeaux-Marseille a été renforcé en 2018 avec huit allers-retours cadencés contre six allers-retours non cadencés jusqu’alors. De plus l’amplitude horaire est désormais également élargie avec des trains de 6h à 20h au lieu de 10h à 20h auparavant.

mrs-lyn.png

Cette anomalie est d’autant plus incompréhensible que depuis juillet 2018, une nouvelle LGV (Nîmes-Montpellier) a été mise en service. Ainsi nous avons désormais 180 km de ligne à grande vitesse sur les 680 km du parcours de l’Intercité, ce qui n’empêche pas la SNCF de conserver ces voitures corail et même de les faire rouler sur la LGV! Si l’on s’intéresse au temps de trajet, et en fonction des durées pratiquées actuellement et du gain de temps du CNM (Contournement Nîmes-Montpellier), on obtient les résultats suivants:

         Bordeaux – Marseille en Intercité: 5h51
Bordeaux – Marseille en TGV: 5h20
Toulouse – Marseille en Intercité: 3h37
Toulouse – Marseille en TGV: 3h10

bm.png
Carte du trajet de l’Intercité (en jaune), et le tracé de la section LGV (en vert)

Ainsi la LGV Méditerranée et le CNM permettraient un gain de temps de 30 minutes par rapport à la situation actuelle, avec un simple changement de train. En rajoutant la section vers la Côte d’Azur, on obtiendrait même un Toulouse-Nice en 5h50.

Mais l’aberration de la situation ne s’arrête pas là. En 2016, le président de la République François Hollande avait annoncé l’achat de rames TGV, pour aider le groupe Alstom, qui seraient notamment déployés sur la transversale Sud. Il n’aura pas fallu bien longtemps avec que cette prise de position ne soit attaquée et abandonnée. Les TGV seront utilisés pour les liaisons actuelles et une commande de matériel Intercités sera réalisée avec une livraison à l’horizon 2025. Or à cette date il est fort probable que les sections Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Béziers soient en LGV, ou du moins en cours de construction, ce qui signifierait la mise en service d’un matériel classique sur une ligne où seuls 175 km sur 615 km ne seraient pas à grande vitesse!

C45Ps51UMAE8YKi
Plan de la LGV transversale Bordeaux-Marseille avant la pause du gouvernement.

Il apparaît ainsi clairement que cette grande ligne n’a pas le droit au même traitement que les autres liaisons tel Montpellier-Strasbourg ou Nantes-Lille. Et nonobstant l’absence de matériel TGV qui permettrait des gains de temps de 30 minutes, le renouvellement des trains Intercités devrait également prendre de nombreuses années. Assurément, l’avion et la route ont encore de beaux jours devant eux.

Source:

Photo d’illustration

https://rue89bordeaux.com/2017/07/trains-a-grande-vitesse-plein-depart-de-bordeaux/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s