Point d’étape des mises en accessibilité

La région Occitanie possède sur son territoire 104 gares et 172 haltes. Dans le cadre du plan national de mise en accessibilité, sont classées prioritaires les arrêts des gares dont la fréquentation est supérieure à 1.000 voyageurs par jour, les gares à moins de 200m d’un ERP (Établissement Recevant du Public) recevant des PMR (Personnes à Mobilité Réduites) ou des personnes âgées et les gares répondant à un critère de maillage du territoire (moins de 100 km entre deux points prioritaires). On compte ainsi au total 50 gares et points d’arrêt prioritaires dont les travaux sont gérés soit par l’État, soit par les régions. La loi prévoit pour cela un achèvement des mises en accessibilité d’ici 2025, contre 2015 à l’origine. Malheureusement, malgré les crédits disponibles du côté de l’Occitanie, les travaux ont pris du retard à l’allumage par manque de ressource de la part de SNCF Réseau. Tour d’horizon des différents chantiers:

Gares nationales

Le premier plan SD’AP (Schéma Directeur d’Accessibilité Programmée) traite les gares dites nationales et qui en Occitanie concerne les 12 points d’arrêt suivants:

  • Carcassonne

La préfecture de l’Aude, avec ses 46.825 habitants, aura droit à une mise aux normes de ses quais et la pose de deux ascenseurs dans le souterrain actuel en 2024. Une réflexion est en cours pour réaliser les terminus des TER de la ligne de Quillan sur la voie en heurtoir n°4, nécessitant ainsi l’aménagement d’un nouveau quai et la reprise des installations en voie. Cela permettrait d’éviter les cisaillements avec la transversale Toulouse-Narbonne.

La gare de Carcassonne, avec en fond la voie 4 qui pourrait servir pour les navettes de Quillan.
  • Narbonne

La plus grande ville de l’Aude, avec ses 55.516 habitants, est un véritable carrefour entre l’axe vers l’Atlantique, le Pays Catalan et la Méditerranée d’autant plus depuis l’harmonisation des cadencements des TER, TGV et Intercités qui a permis une augmentation considérable du nombre de voyageurs en gare. Ici aussi, une mise aux normes des quais et la pose de deux ascenseurs pour le souterrain actuel est prévue en 2024.

  • NîmesCentre

Depuis 2001, la préfecture du Gard est accessible avec la pose de deux ascenseurs entre le hall de la gare et les quais dans le cadre de l’inauguration de la LGV Méditerranée qui reliait Nîmes à Paris. Néanmoins, des travaux de renouvellement des équipements sont prévus en 2025.

Les quais de Nîmes, déjà équipés d’ascenseurs depuis l’arrivée de la LGV Méditerranée Villafruela
  • Toulouse-Matabiau

La capitale de l’Occitanie, malgré qu’elle soit la 4ème ville de France, n’est toujours pas accessible. Évoqué dans le cadre de l’arrivée de la LGV, cette dernière étant sans cesse retardée, les travaux de mise en accessibilité l’ont été aussi. Mais tout ceci est du passé, et si la LGV arrivera en 2030, la mise en accessibilité a commencé début 2022 dans le cadre d’un réaménagement plus global de la gare. Il faut dire que les travaux sont conséquents puisque l’insertion d’ascenseurs sur les quais 2, 3 et 4 nécessite l’élargissement du souterrain Nord.

Illustration du futur souterrain Nord de la gare Matabiau en 2023

Ainsi, depuis janvier le souterrain Nord et le souterrain transversal sont fermés tandis que les voies sont également fermées à la circulation des trains successivement. Du 7 mars au 8 mai il s’agissait des voies 7 et 8, puis des voies 5 et 6 entre le 9 mai et le 15 juillet. Enfin du 17 juillet jusqu’au 23 septembre il s’agissait des voies 3 et 4. L’équipement du souterrain avec la pose des ascenseurs et des escalators s’achèvera d’ici août 2023 pour la coupe du monde de Rugby dont 4 matchs auront lieu à Toulouse.

  • Lourdes

La gare de Lourdes est un cas un peu particulier. En effet, avec ses 5 quais de très grandes longueurs, elle accueille de manière événementielle de nombreux trains en particulier les mois d’août dans le cadre du pèlerinage de Lourdes qui attire des trains de pèlerins de toute l’Europe. Par conséquent, plutôt que de mettre en place des ascenseurs dans le souterrain, le choix s’est porté sur la mise aux normes des quais, de l’éclairage et des escaliers. La gare possède également un service d’aide aux personnes en situation d’handicap du fait des nombreux voyageurs non autonomes dans le cadre des pèlerinages ainsi qu’une large TVP (Traversée Voie Piétonne) prévu à cet effet.

La TVP de la gare de Lourdes, permettant d’accueillir les PMR et brancards des trains de pèlerins
  • Tarbes

La préfecture des Hautes-Pyrénées va être mise en accessibilité avec des travaux qui se dérouleront entre 2023 et 2024. L’opération consistera à mettre en place trois ascenseurs dans le souterrain pour les différents quais avec le déplacement des trémies d’escaliers des quais 1 et 2 ainsi que le changement de côté de la trémie du quai n°3. La largeur des souterrains sera élargie au niveau des quais pour pouvoir insérer les cages des ascenseurs.

Plan d’aménagement prévu pour mettre en accessibilité la gare de Tarbes
  • Béziers

Avec ses 1,4 millions de voyageurs par an, la gare de Béziers ne verra pas ses souterrains être équipés d’ascenseurs mais aura droit à la création d’une passerelle mixte enjambant le complexe ferroviaire dans le cadre du futur PEM (Pôle d’Echange Multimodal). Longue de 90 m avec des ascenseurs pour les trois quais, elle permettra une meilleure connexion entre le Nord (où sera située la gare routière) et le Sud de la ville (où sera situé le futur parking), réduisant ainsi la coupure urbaine que représente la voie ferrée. Au total, le PEM représente un investissement de 46M€ dont 11M€ pour la passerelle. Cette dernière sera réalisée en 2024 avec un achèvement de la mise aux normes des quais en 2025.

Plan d’aménagement du futur PEM de la gare de Béziers
  • Montpellier-St-Roch

La gare de la préfecture de l’Hérault a déjà été mise en accessibilité dans le cadre du réaménagement de cette dernière en 2014.

  • Sète

À l’image de Béziers, la mise en accessibilité de la gare de Sète sera réalisé dans le cadre de la création d’un PEM. Après avoir réaménagé le parvis Sud avec une gare routière, le projet prévoit un parvis Nord comprenant un parking longue durée et possiblement un ponton pour une navette maritime desservant l’étang de Thau. Ici aussi, une passerelle mixte longue de 70 mètres enjambera les voies avec 4 ascenseurs pour rejoindre les différents quais. Les travaux devraient démarrer courant 2023 pour une mise en service au second trimestre 2024.

Illustration de la future passerelle mixte de Sète
  • Cahors

La préfecture du Lot sera mise en accessibilité entre 2023 et 2024 avec soit la création d’une passerelle équipée d’ascenseurs, le souterrain actuel n’étant pas adapté à la pose d’ascenseurs au centre du couloir, soit en élargissant le souterrain dans la largeur des quais comme pour Tarbes afin de déplacer la trémie d’escalier pour insérer un ascenseur.

  • Perpignan

Dans le cadre de l’arrivée de la LGV Perpignan-Figueres, la gare de Perpignan a été largement remaniée avec la construction d’un nouveau Bâtiment Voyageurs et la mise en place de nombreux ascenseurs pour desservir les différents quais. Un seul quai n’est pas équipé, celui donnant sur les voies B et C. Aucun détail ni date à ce jour sur la nature des travaux à venir.

À droite, le quai desservant les voies B et C, le seul à ne pas avoir d’ascenseurs à ce jour
  • Montauban-Ville-Bourbon

Enfin, la préfecture du Tarn-et-Garonne sera traitée entre 2024 et 2025 avec la création d’une passerelle équipée d’ascenseurs. En effet, le souterrain actuel n’est pas adapté à la pose d’ascenseurs sans réaliser des travaux trop lourds d’élargissement du couloir.

Gares régionales

Le deuxième plan SDR’AP (Schéma Directeur Régional d’Accessibilité Programmée) traite les gares dites régionales et qui en Occitanie concerne les 38 points d’arrêt suivants:

  • Ariège

Pamiers

La gare de Pamiers a déjà été traitée lors du plan rail Midi-Pyrénées. Néanmoins des menus-travaux auront lieu avec le renouvellement d’une partie du mobilier de quai, de l’éclairage et la mise aux normes de la TVP pour un montant de 328.215€. On peut regretter que le projet de passerelle soit annulé sachant que la fréquentation de la gare est en constante augmentation et que les croisements sont systématiques dans cette gare. Les travaux auront lieu en 2024.

La gare de Pamiers dont la TVP ne sera finalement pas remplacée par une passerelle Polaroyd7

Saverdun

La gare de Saverdun a déjà été traitée lors du plan rail Midi-Pyrénées. Néanmoins des menus-travaux auront lieu avec le renouvellement d’une partie du mobilier de quai, de l’éclairage et la mise aux normes de la TVP pour un montant de 353.120€. On peut regretter que le projet de passerelle soit annulé sachant que la fréquentation de la gare est en constante augmentation et que les croisements sont systématiques dans cette gare. Les travaux auront lieu en 2024.

  • Aude

Limoux

Les travaux se sont achevés mi-2018, en avance sur le calendrier du SDR’AP, en lien avec le RVB (Renouvellement Voie Ballast) de la section Carcassonne-Limoux pour un investissement de 535.000 €. On regrettera néanmoins la longueur ridiculement petite du quai n°1 et la « condamnation » du deuxième quai alors que dans l’optique du RVB Limoux-Quillan, un meilleur cadencement et donc un croisement à Limoux seraient nécessaires.

Les quais de Limoux rehaussés après les travaux @LesEchos
  • Aveyron

Millau

De par sa position géographique, la gare de Millau est le terminus des trains venant de Rodez. Ainsi la mise en accessibilité se fera en deux phases à commencer par le quai n°2 qui servira pour la voie 1 et 2. Il sera rehaussé à 55 cm sur 150 mètres avec déplacement des 2 TVP plus au Sud, la mise aux normes de l’éclairage des quais et la pose d’un garde-corps le long du quai n°1. Les travaux se dérouleront sur la fin d’année 2022 pour un montant de 2,7M€. La mise en accessibilité du 3ème quai se fera dans le cadre de la réouverture de la ligne Rodez-Millau.

Les quais de Millau, fraichement rehaussés durant la phase 1 Kerfany29

Rodez

Dans la capitale du Rouergue, les travaux consistent à déplacer la TVP côté Séverac et à rehausser le quai. Ici aussi, SNCF Réseau avance un manque de ressources humaines disponibles en 2017 et 2018 pour engager les travaux et annonce un décalage. À ce jour, les travaux n’ont toujours pas eu lieu, sans date de réalisation.

Villefranche-de-Rouergue

Après avoir étudié dans le cadre des études préliminaires, la création d’un quai latéral en déplaçant la voie 3 pour permettre la mise en place d’une passerelle avec ascenseurs, la gare de Villefranche-de-Rouergue n’aura finalement droit qu’à un réaménagement des quais actuels et de la TVP. Il s’agira notamment de rehausser le quai à 55 cm sur une longueur de 150 m pour accueillir des régiolis en composition double, démolir les quais bas restant, sécuriser les extrémités des quais et en mettant aux normes les rampes PMR. Les travaux ont lieu en cette fin d’année 2022 pour 2M€ en même temps que le RVB de la voie 1.

Travaux de mie en accessibilité en cours à Villefranche-de-Rouergue Trevet
  • Haute-Garonne

Auterive

Comme pour l’Ariège, la gare d’Auterive a déjà été traitée lors du plan rail Midi-Pyrénées. Néanmoins des menus-travaux auront lieu avec le renouvellement d’une partie du mobilier de quai, de l’éclairage et la mise aux normes de la TVP pour un montant de 328.156€. Heureusement, le projet de passerelle inadaptée à un terminus partiel dans le cadre d’un RER est annulé et les travaux auront lieu en 2024. Il serait urgent néanmoins de lancer une réflexion sur un vrai terminus partiel avec 4 voies et une passerelle enjambant la plateforme ferroviaire.

Colomiers

La gare de Colomiers est déjà accessible aux PMR mais des travaux de mises aux normes doivent avoir lieu. En l’occurrence, il s’agit du renouvellement de la machinerie des ascenseurs, une mise en conformité des escaliers, de l’éclairage, la pose de portillons en bout de quai et l’allongement de 4 mètres des quais 1 et 2. Concernant ce dernier point, la voie C sera en conséquence allongée de 4 mètres avec déplacement du heurtoir afin d’accueillir des régiolis en UM2 pour les navettes urbaines Arènes-Colomiers. Ces travaux devraient avoir lieu durant la deuxième moitié de 2023 pour 1,5M€.

Les quais de la gare de Colomiers, déjà équipés d’ascenseurs depuis plusieurs années

Colomiers Lycée International

Dans le cadre du projet de prolongement des navettes urbaines de la ligne C Arènes-Colomiers jusqu’à Brax-Léguevin en lien avec l’arrivée de la troisième ligne de métro en 2028, la section entre Lycée International et Pibrac sera doublée. Par conséquent, une deuxième voie et un deuxième quai vont prendre place à la halte de Lycée International tandis que le quai actuel sera prolongé pour accueillir des régiolis en UM2.

Le plan d’aménagement prévu de la halte de Lycée International

Muret

Déjà équipée d’un souterrain pour traverser les voies, des travaux pour la réalisation de deux ascenseurs permettant la mise en accessibilité de la gare ont eu lieu entre 2021 et 2022 après un retard par manque de ressources humaines disponibles et en capacité de travaux selon SNCF Réseau. L’opération a représenté un investissement de 2,49M€.

Plan de la gare de Muret avec l’emplacement des ascenseurs

Portet-St-Simon

Déjà équipée d’un souterrain pour traverser les voies, Portet-St-Simon possède désormais en plus un passerelle côté Tarbes avec un ascenseur de part et d’autre. Il y a également eu des travaux de réaménagement des quais, du souterrain et la création de deux rampes PMR de chaque côté de la cour anglaise. Ces opérations ont eu lieu de mi-2021 à mi-2022 pour un coût total de 3,15M€. Malheureusement ces aménagements ne prennent pas en compte les flux de voyageurs, notamment dans le cadre du futur RER, avec une rampes sur le quai n°2 qui est finalement orientée vers Toulouse soit littéralement face au souterrain.

La gare de Portet-St-Simon, avec au pied de la passerelle le souterrain déjà existant VoieMidi

Route-de-Launaget

La halte de Route de Launaguet ne sera pas traitée dans les délais et pour cause. Cette dernière est fermée depuis 2016 mais doit être réouverte d’ici 2027 dans le cadre des AFNT (Aménagement Ferroviaire du Nord de Toulouse) en lien avec la LGV Bordeaux-Toulouse. C’est ainsi que SNCF Réseau et la région Occitanie se sont lancées dans l’étude d’un terminus partiel à 2,5 km de Matabiau avec la création d’une voie en terminus sur le quai V2L, la création de trois communications sur les voies lentes et la mise en compatibilité des équipements de signalisation en projet avec la CCR (Commande Centralisée du Réseau). Ce terminus partiel étant l’inverse de ce que devrait être un RER qui doit être diamétralisé, espérons une prise de conscience d’ici là.

Proposition de la future gare La Vache (ex-Route de Launaguet) avec en bleu les voies actuelles et en vert la voie permettant des trains terminus.

St-Agne

Le réaménagement prévu consiste à créer deux ascenseurs à trois niveaux pour accéder aux quais, à la rue mais également pour arriver sous le pont. Ce nouvel équipement entraîne la reconstruction des 4 escaliers. Autre évolution, la maison à l’angle de l’impasse Moulives va être rachetée et détruite pour redessiner la rue et y déménager l’abri vélo libérant ainsi l’espace devant le parvis de la gare. Les études devaient avoir lieu de 2019 à 2021 avant un lancement des travaux en 2022 et une inauguration en 2023.

Illustration du réaménagement de la halte avec les deux ascenseurs

Des travaux qui ne permettent pas pour autant de traiter la problématique de la saturation des quais, ni l’absence de terminus de secours en amont de Matabiau lors de situations perturbées. Durant la concertation, face à la demande d’un déplacement de la halte à Niel, ce fut un rejet net par SNCF Réseau prétextant qu’il n’y avait aucun projet, aucun intérêt et que le cout était rédhibitoire car nécessitant la construction d’une station de métro là où il n’y aurait qu’un « trou » aujourd’hui. Argument totalement faux puisqu’une boite est déjà en place sur le métro B sous le quartier Niel avec des quais et une salle d’échange qui ne demandent qu’à être aménagés.

La station Niel du métro B où le gros œuvre est déjà fait Transport Toulouse

Aujourd’hui la région est engagée dans une étude visant à développer un RER comprenant, enfin, un déplacement de la gare St-Agne vers Niel. Les travaux de mise en accessibilité doivent finalement avoir lieu entre fin 2023 et fin 2024, espérons donc que d’ici là le projet soit annulé et réorienté.

St-Cyprien-Arènes

La gare de St-Cyprien-Arènes est également déjà accessible aux PMR mais des travaux de mises aux normes doivent avoir lieu. En l’occurrence, il s’agit du renouvellement de la machinerie des ascenseurs, un déplacement de la trémie des quais 2 et 3 pour améliorer le cheminement vis-à-vis des ascenseurs, une mise en conformité des escaliers et de l’éclairage, la pose de portillons en bout de quai et l’allongement de 16 mètres des quais 2 et 3. Ces travaux devaient avoir lieu durant la première moitié de 2022 pour 2,1M€ mais sont décalés à plus tard.

St-Cyprien-Arènes est déjà accessible aux PMR dans le cadre de la mise en service du métro A

St-Gaudens

L’opération, d’un montant de 4,84M€, consistera à créer deux ascenseurs pour rendre le souterrain accessible aux PMR. Les quais seront également rehaussés et réaménagés avec notamment une clôture sur le deuxième quai côté voie 3. Un choix surprenant rendant impossible l’utilisation de cette voie en cas d’incident. Les travaux commenceront au troisième trimestre 2022 pour s’achever fin 2023. À cette date, il ne restera alors que 3 gares avec TVP sur la section Toulouse-Montréjeau à savoir le Fauga, Martres-Tolosane et St-Martory.

  • Gard

Alès

La mise en accessibilité de la gare d’Alès consistera à une reprise complète des 3 quais avec réfection du sol, renouvellement du mobilier et de l’éclairage. Un rehaussement sera réalisé sur 150 m pour permettre la circulation des AGC et régiolis en composition double. Enfin, opération majeure des travaux, la réalisation d’une passerelle avec ascenseurs reliant les trois quais. Le chantier se déroulera de décembre 2023 jusqu’à septembre 2024 pour un coût de 7,78M€.

Plan du réaménagement de la gare d’Alès

Lunel

Ici les travaux ont été réalisé en 2013 avec la mise en place d’ascenseurs dans le souterrain.

  • Gers

Auch

Du fait d’être le terminus sur une voie unique avec un cadencement d’une heure, seul le quai n°1 est utilisé par les voyageurs. Par conséquent, le programme a consisté en 2020 à mettre aux normes le quai, les escaliers, l’éclairage, à mettre en place un portillon en bout de quai et à renouveler le platelage pour 557.581€.

Le quai n°1 mise aux normes tandis que le quai n°2 n’a pas été traité
  • Hérault

Agde

La gare d’Agde est elle aussi en plein bouleversement. Outre la suppression en cours du passage à niveau n°288 à la sortie de la gare, la région et l’agglomération travaillent à la création d’un PEM. Ainsi, une passerelle traversera la gare avec 4 ascenseurs pour accéder aux quais. Pour cela, le ripage des voies 1bis et 2bis sera nécessaire pour élargir les quais centraux n°1 et 2 afin d’y loger des ascenseurs. Les travaux se dérouleront normalement entre septembre 2025 et juin 2026.

Illustration du plan d’aménagement de la gare d’Agde

Concernant le plan de voie toujours, les voies de services 3, 5 et 7 seront raccourcies et la halle marchandises démolie pour laisser place à la passerelle mais aussi au parvis et à un espace vélo. Un linéaire de 200m sera notamment conservé pour permettre le stationnement de trains sur ces voies de services. La gare routière sera réorganisée et grandement améliorée pour faciliter l’intermodalité avec les bus urbains de l’agglomération mais aussi les navettes vers l’aéroport de Béziers. Enfin un parking sera aménagé avec une cinquantaine de place dans un premier temps puis une extension à l’Ouest de 305 places.

Bédarieux

Sur la ligne de l’Aubrac, la mise en accessibilité de la gare de Bédarieux consiste à rehausser les quais A et B sur une longueur de 150 mètres permettant ainsi l’accueil des AGC et régiolis en UM2 mais pas des régio2N qui ne circulent pas, à ce jour, sur l’axe. Il s’agira également du renouvellement du mobilier urbain, du platelage et de l’éclairage. À noter que le troisième quai n’est pas concerné par les travaux. L’opération, d’un montant de 1,7M€, se déroulera fin 2022 – début 2023.

Plan du réaménagement de la gare de Bédarieux

Frontignan

La gare de Frontignan sera traitée dans le cadre du déplacement de l’arrêt 400 mètres plus au Sud sur le site de l’ancienne raffinerie Exxon Mobil. La gare de la 6ème ville du département était un peu à l’étroit sur le site actuel sans souterrain, ni TVP. Une fois dépollué, le nouvel arrêt prendra place en 2025 avec deux quais adaptés à une composition triple (UM3) d’AGC ainsi qu’une passerelle mixte équipée d’ascenseurs et permettant de créer une continuité entre le complexe sportif, le futur PEM de Frontignan et le canal.

Plan prévisionnel d’aménagement du PEM, intégré au futur quartier

Magalas

La région a obtenu une dérogation pour la gare de Magalas en raison de sa faible fréquentation. Un remplacement est prévu par la gare de Bédarieux qui sera aménagée pour les PMR à proximité.

  • Lot

Figeac

Suite à l’incendie de la gare de Figeac le 22 novembre 2018, le Bâtiment Voyageur (BV) est en ruine et la circulation des trains entre Toulouse et Aurillac est interrompue. En 2023 devrait coïncider la réouverture du BV qui a été racheté par la région, la mise en service du nouveau poste d’aiguillage et la mise en accessibilité de la gare. Avec le retour des trains vers Aurillac, les 4 quais seront rehaussés et allongés. Bizarrement, et aux dernières nouvelles, les quais 1 et 2 en direction d’Aurillac seront d’une longueur de 111 mètres contre 206 mètres pour les quais 3 et 4 en direction de Brive avec une différence de hauteur. Il est dommageable de faire une différence alors que des régiolis pourraient être engagées vers Aurillac et Clermont-Ferrand.

Actuellement aux allures de gare abandonnée, les quais, le BV et le parvis vont être complètement renouvelés Cramos
  • Lozère

Chirac

La région a obtenu une dérogation pour la gare de Chirac en raison de sa faible fréquentation. Un remplacement est prévu par la gare de Marvejols qui sera aménagée pour les PMR à proximité.

Langogne

Les travaux de mise en accessibilité ont lieu en cette fin d’année 2022 pour un montant de 1,64M€. Ils consistent à rehausser les quais A et B à 55 cm sur 150 mètres, au renouvellement du mobilier et de l’éclairage, à la pose d’une clôture, à une mise aux normes des quais et au raccourcissement de la voie de service n°4.

Les quais de Langogne après les travaux de mise en accessibilité MidiLibre

Marvejols

Dans le cadre de la mise en accessibilité de la gare, les quais 1 et 2 vont être rehaussés sur une longueur de 150 mètres pour accueillir AGC et régiolis en UM2. La TVP sera décalée tandis que celle entre le quai 2 et 3 sera supprimée. Le mobilier urbain sera renouvelé ainsi que l’éclairage pour un montant de 1,89M€ et dont les travaux se dérouleront fin 2022.

Plan du réaménagement de la gare de Marvejols

Mende

Prévus pour 2023, les travaux devraient consister à rehausser et allonger les quais desservant les voies 1 et 2 pour accueillir des AGC ou régiolis en UM2. On regrettera la suppression de la voie 4 qui sera utile lors de la réouverture de la ligne Rodez-Séverac pour permettre des TER Toulouse-Mende, seule préfecture sans liaison avec la capitale régionale.

  • Hautes-Pyrénées

St-Pé-de-Bigorre

La région a obtenu une dérogation pour la gare de St-Pé-de-Bigorre en raison de sa faible fréquentation. Une réorientation est prévue sur la gare de Lourdes qui sera aménagée pour les PMR à proximité.

  • Pyrénées-Orientales

Err

La région a obtenu une dérogation pour la gare d’Err en raison de sa faible fréquentation. Un remplacement est prévu par la gare de Latour-de-Carol qui sera aménagée pour les PMR à proximité.

Latour-de-Carol-Enveigt

Gare frontière, terminus de trois lignes à écartement et électrification différentes, la mise en accessibilité de Latour-de-Carol est forcément un cas particulier. Lors du plan rail Midi-Pyrénées, les quais 1 et 2 avaient été rehaussé côté Toulouse pour les TER mais pas côté Espagnol. Ainsi le quai 1 côté Espagne, desservant la V17 et la V1/2, va être rehaussé à 55 cm sur 150m contre actuellement 139m à 40cm. Le quai 2 RENFE/ADIF sera également rehaussé à 55 cm sur 160m contre 181m à 40 cm actuellement. Concernant la partie train jaune, le quai 1bis desservant la V19 sera allongé et rehaussé sur 100 m, contre 78 actuellement et un garde-corps sera posé côté V21 dont le heurtoir sera décalé pour interdire les circulations le long du quai 1bis.

Plan de voie de la gare de Latour-de-Carol avec en jaune et rouge les voies dont les quais vont être rehaussés VoieMidi

Dans le cadre de ce réaménagement, le devenir du bâtiment de la Douane n’est pas tranché mais il pourrait être démoli ce qui amènerait à rapprocher le quai « surélevé » vers Toulouse. Un déplacement problématique puisqu’il deviendrait impossible de faire venir à Latour-de-Carol des trains tractés par une motrice car en stoppant le train après l’aiguillage, la manœuvre de remise en tête de la locomotive ne sera plus possible. On peut également se poser la question de l’utilité de supprimer le bâtiment de la Douane. Malgré l’espace Schengen, il est possible de rétablir les frontières temporairement lors de situations exceptionnelles comme par exemple après un attentat. Un point de filtrage pourrait être utile pour vérifier l’identité des usagers comme durant l’été 2017, ou comme pendant la pandémie du Coronavirus.

À gauche le train Espagnol (Rodalies) à l’arrêt en amont du bâtiment de la Douane et à droite les TER Français s’arrêtant avant.

Les travaux de la phase 1, concernant la pose de portillons sur les quais 1, 1bis et 2 ainsi que le renouvellement de l’éclairage de la marquise de la gare, auront lieu en 2023 tandis que les rehaussements des quais seront traités d’ici 2026.

Thuès les Bains

La région a obtenu une dérogation pour la gare de Thuès-les-Bains en raison de sa faible fréquentation. Un remplacement est prévu par la gare de Villefranche-Vernet-les-Bains qui sera aménagée pour les PMR à proximité.

Villefranche – Vernet-les-Bains

Prévus pour 2023, les travaux devraient consister à rehausser les quais desservant les voies A, B et C d’une part pour les TER venant de Perpignan, ainsi que le quai servant au train jaune. Espérons que la longueur des quais sera traitée pour éviter de nouveaux travaux quand une augmentation de la capacité des trains sera nécessaire.

Malgré un rafraichissement il y a plusieurs années, les quais ne sont pas à la bonne hauteur Minuellou
  • Tarn

Albi-Ville

Prévus en 2017, les travaux ont été largement retardés par manque de ressources humaines disponibles selon SNCF Réseau. Entre 2021 et 2022, la mise en accessibilité a consisté ici à la création d’une passerelle équipée de deux ascenseurs entre les quais 1 et 2 côté Rodez. Parallèlement, une TVP a été réalisé côté Toulouse pour le personnel SNCF. Ces travaux représentent un coût de 1,59M€.

La passerelle d’Albi-Ville avant que les ascenseurs ne soient opérationnels DDM

Carmaux

Les travaux de mise en accessibilité sont chiffrés à 1,8M€. Ils consistent à rehausser le quai de la voie C, à renouveler le mobilier de quai et à mettre en conformité l’éclairage et la TVP. Ces travaux auront lieu durant l’année 2024.

Mazamet

Le rehaussement des quais avait déjà eu lieu lors du plan rail Midi-Pyrénées. Les travaux ont juste consisté à mettre en place des portillons en bout de quai et à renouveler l’éclairage de la gare.

St-Sulpice-sur-Tarn

Faisant partie des premières gares traitées dans le cadre des mises en accessibilité, les travaux sont terminés depuis juillet 2018 avec un léger retard dû à la réalisation d’un 4ème ascenseur à l’extrémité de la passerelle à la demande de la mairie a posteriori pour un investissement total de 2,37M€.

La gare de St-Sulpice-sur-Tarn aux allures, déjà, de gare RER capable d’accueillir ce nouveau trafic STAIRS
  • Tarn-et-Garonne

Lamagistère

La région a obtenu une dérogation pour la gare de Lamagistère en raison de sa faible fréquentation. Un remplacement est prévu par la gare de Moissac qui sera aménagée pour les PMR à proximité.

Moissac

Du côté de la gare de Moissac, une passerelle existe déjà pour rejoindre la voie 1 mais elle n’est pas accessible aux PMR et la voie 2 nécessite tout de même de traverser une voie de service. Ainsi, la mise en accessibilité va consister à fusionner les quais 1 et 2 avec le raccourcissement de la voie de service n°4 pour permettre l’accès aux trains voie 2 sans traversée piétonne. La passerelle sera équipée d’ascenseurs, dans l’axe de la passerelle sur le quai 1 afin de limiter l’impact des travaux sur les artères de câbles et dans l’axe de la trémie d’escalier sur le quai 2 afin de limiter l’impact des travaux sur les voies de service 3 et 5. La passerelle en elle-même sera remise aux normes avec notamment le remplacement des trémies d’escaliers et le renouvellement du plancher.

La passerelle de Moissac avec au premier plan la VS4 qui sera raccourcie pour fusionner les quais 1 et 2 Hervé Legallais

Les quais seront réaménagés  avec un rehaussement à 55cm et une longueur utile de 170 m pour accueillir des régio2N en composition double. Ce rehaussement voie 2 engagera le gabarit spécifique lié aux trafics de transports exceptionnels. Sachant qu’il n’y a pas eu de circulation de ce type depuis 8 ans, il a été décidé de valider cette solution avec le passage en VUT (Voie Unique Temporaire) sur la voie 1 le jour où une circulation de ce type se présenterait. On notera une nouvelle fois le retard sur l’axe-Bordeaux-Narbonne vis-à-vis de l’équipement en IPCS (Installation Permanente de Contre-Sens). La voie de service n°3 sera également raccourcie pour permettre l’insertion de l’ascenseur avec donc la suppression de l’aiguillage commun à la voie de service n°5. Les travaux, d’un montant de 5,23M€, se dérouleront durant toute l’année 2024.

Pour quelques gares de plus

Il est à noter que d’autres mises en accessibilité ont lieu du fait de l’augmentation de la fréquentation des gares et de la vitesse des trains qui les traverses. Ainsi ces dernières années, et hors SDR’AP, des passerelles ont été réalisées dans les gares de Carbonne, Cazères-sur-Garonne, St-Jory, Bram. Depuis la fin de cette année, les travaux sont également en cours à Longages-Noé pour mettre en place une passerelle faisant qu’entre Toulouse et Carbonne, périmètre souhaitable d’un RER Toulousain, il ne restera que la gare du Fauga avec une TVP. De même en 2023 commenceront les travaux en gare de Villefranche-de-Lauragais qui devaient avoir lieu en 2021.

Bram et sa nouvelle passerelle, avec un quai flambant neuf  ©PPK

Enfin, dans le cadre des réouvertures de lignes, les quais des gares seront renouvelés, rehaussés et allongés. Cela concerne donc les gares de Loures-Barbazan, Saléchan-Siradan, Marignac-St-Béat et Luchon sur la ligne Montréjeau-Luchon, Alet-les-Bains, Couiza-Montazels, Esperaza, Campagne et Quillan sur la ligne Limoux-Quillan, Bertholène, Laissac, Séverac-le-Chateau et Aguessac dans le cadre de la ligne Rodez-Millau ainsi que Alès-Lycée, Salindres, St-Julien-les-Fumades, St-Ambroix, Molières-sur-Cèze, Gammal, Robiac et Bessèges sur la ligne Alès-Besseges. Sur la ligne de la rive droite du Rhône, Nîmes – Pont-St-Esprit, la double voie et la vitesse de la ligne imposent la création à chaque fois de passerelles ou souterrains avec ascenseurs pour les gares de Marguerittes, Remoulins, Aramon, Villeneuve-lès-Avignon, Roquemaure, Laudun-l’Ardoise, Bagnols-sur-Cèze et Pont-St-Esprit.

La gare de Bagnols-sur-Cèze sera équipée d’une passerelle d’ici 2026, en attendant il faut emprunter un passage sous le Pont-Rail voisin
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s