Le Plan Rail Occitanie se précise

Si l’ancienne région Midi-Pyrénées avait réalisé un plan rail pour renouveler la quasi totalité de son réseau ferré, du côté du Languedoc-Roussillon rien ou presque n’avait été fait. C’est ainsi que l’Occitanie s’est engagée dans le lancement d’une multitude d’études qui vont se concrétiser sur ce mandat par le renouvellement de tout le réseau Occitan restant et la poursuite de l’entretien des ouvrages d’art. La région a déjà mis sur la table 800M€, soit le double de ce qu’avait mobilisé Midi-Pyrénées pour le précédent plan rail. L’État devrait d’ici peu annoncer sa participation pour porter le plan rail Occitanie à 1,6 Mdrs€. Les chantiers vont s’enchainer un peu partout dans la région avec un calendrier qui commence à se préciser. L’objectif de ce plan est simple, pérenniser la totalité du réseau régional pour les décennies à venir avec des performances à égale performance et plan de transport. Les opérations de modernisation et développement seront traitées dans le cadre du futur Contrat Plan Etat-Région (CPER). Tour d’horizon, ligne par ligne, des travaux prévus:

Ligne de Mende

Commençons par un cas atypique dans le programme et qui représente la majeure partie du plan rail Occitanie. Les trois lignes du H Lozérien (Béziers – St-Chély-d’Apcher, Nîmes-Langogne, La Bastide – Le Monastier) étant liées pour leur exploitation, elles seront traitées ensemble pour minimiser les interceptions de circulations. Dans le cas de la ligne de Mende, un RVB (Renouvelleent Voie Ballast) sera réalisé sur 60 des 75 km de la ligne, la section La Bastide – Belvezet ayant déjà été traité en 2010. Celui-ci se déroulera entre 2023 et 2028 pour un montant de 94,17M€ avec 4 principales phases:

  • 2024: Le Monastier – Barjac
  • 2025: Bagnols-Belvezet
  • 2026: Barjac-Mende
  • 2027: Mende-Bagnols
Plan de programmation prévisionnelle des RVB du H Lozérien

Ce renouvellement complet permettra la suppression de toutes les limitations de vitesse de la ligne et l’éradication du rail double champignon datant de l’époque de la compagnie du Midi. Dans le même temps, le programme compte des opérations sur les ouvrages d’art et en terre avec notamment le traitement anticorrosion des tabliers métalliques. Il serait souhaitable de profiter du plan rail pour renouveler la voie d’évitement mais aussi la voie 4 en heurtoir de la gare de Mende pour permettre l’accueil de liaisons translozériennes (St-Chély-d’Apcher – Langogne), de TER Nîmes-Mende et Toulouse-Mende. Au total, sur la période 2023-2032 la région prévoit un investissement de 111M€ sur cet axe.

Traversant des territoires très ruraux, la ligne du translozérien est essentielle au désenclavement du département en desservant sa préfecture ©Frédérick Jury

Ligne de l’Aubrac

Ligne majeure traversant la région du Nord au Sud en reliant le littoral à Paris via le massif central, l’état de la voie y est plus que vétuste avec de très nombreuses sections équipées de rails double champignon. Une absence de maintenance et de travaux qui entraine une multitude de ralentissement et un besoin énorme pour éviter une fermeture imminente. Le plan rail Occitanie prévoit ainsi le renouvellement complet de la quasi totalité de la portion Occitane pour un montant de 161,61M€! Étalées entre 2023 et 2027, on retrouve ici aussi 4 grandes phases:

  • 2024: Millau-Séverac
  • 2025: Millau-Séverac et St-Sauveur-de-Peyre – St-Chély-d’Apcher
  • 2026: Campagnac – Le Monastier
  • 2027: Le Monastier – St-Sauveur-de-Peyre et Bousquet-d’Orb – Tournemire-Roquefort
La ligne de l’Aubrac, vitale pour la mobilité dans les Causses, faisant le lien entre les territoires ruraux, Millau et le littoral, en particulier les hivers ©Pierre Joris

Outre la voie, des investissements sont prévus sur les ouvrages d’art et en terre. À noter dans un second temps le traitement de 6 tunnels pour 13M€ entre 2028 et 2032 ainsi que le remplacement du tablier métallique du viaduc du Tarn à l’horizon 2035 pour 14M€. Au niveau signalisation, le Poste de Commande Centralisé (PCC) de Millau qui gère à distance les gares du Bousquet-d’Orb, Ceilhes-Roqueredonde, Tournemire-Roquefort, St-Rome-de-Cernon, Banassac-la-Canourgue, Aumont-Aubrac, St-Chély-d’Apcher et St-Flour, sera renouvelé entre 2023 et 2028 pour 31,8M€. Dans le même temps, le support de transmission sera remplacé par de la Fibre Optique (FO) pour 48M€.

Un TER Occitanie au départ de St-Chély-d’Apcher sur une voie double champignon Élie Ducos

Il serait souhaitable de mettre à profit ces gros chantiers pour repositionner un aiguillage en gare de Séverac-le-Château pour permettre d’aller vers le Nord depuis Rodez, et un second aiguillage au Monastier pour rejoindre Mende depuis le Sud. Ainsi il serait possible de créer une liaison TER Toulouse-Mende, seule préfecture d’Occitanie à ne pas être reliée à la capitale régionale. On notera que le traitement de la section Millau-Séverac est prévu avant 2026 pour coïncider aux travaux de réouverture de la ligne Rodez-Séverac et ainsi permettre un retour des TER sur une infrastructure flambant neuve fin 2025. Au total, sur la période 2023-2032 la région prévoit un investissement de 339,8M€ sur cet axe.

La gare du Monastier, où il faudrait reposer un aiguillage au Sud à l’occasion du RVB Cramos

Ligne des Cévennes

Ligne jumelle de l’Aubrac, traversant la région du Nord au Sud en reliant le littoral à Paris via les Cévennes, l’état de la voie est ici aussi vétuste mais avec une amorce en double voie en bien meilleure situation. Une absence de maintenance et de travaux qui entraine une multitude de ralentissement également et un besoin énorme pour éviter une fermeture imminente. Le plan rail Occitanie prévoit ainsi le renouvellement quasi-complet de la section entre Alès et la Bastide ainsi que le traitement de plusieurs points sur la double voie pour un montant total de 118,26M€. Étalées entre 2023 et 2027, on retrouve ici aussi 4 grandes phases:

  • 2023: Secteur Villefort (~4 km)
  • 2024: Secteur Génolhac (24 km) et Alès (~4 km)
  • 2025: Secteur La Bastide (~4 km)
  • 2026: Secteur Boucoiran (5 km)
  • 2027: Secteur de la tour Magne (3 km)
bg-7.jpg
TER liO Occitanie traversant le viaduc de Chamborigaud

Le programme prévoit également le traitement de nombreux ouvrages d’art en 2023 à l’occasion des interceptions des circulations pour les RVB. Entre 2025 et 2026, des opérations de grands entretiens des postes auront lieu sur toute la ligne (Chamborigaud, Villefort, Génholac, Langogne, La Bastide et Grand Combe). Enfin en 2030 suivra le traitement des tunnels de Ners (2M€), Bessèdes (14M€) et Begudes (7M€). Il est assez surprenant en revanche de ne voir aucune opération au-delà de La Bastide. Si la section jusqu’à Luc a eu droit à un renouvellement important cet année, ce tronçon jusqu’à la frontière avec l’Auvergne n’est pas en parfait état et comporte des limitations de vitesse. Au total, sur la période 2023-2032 la région prévoit un investissement de 188,2M€ sur cet axe.

Une rame régiolis flambant neuve, assurant la liaison du Cévenol Basile

Ligne du Grau-du-Roi

Dans la Camargue, la plan rail Occitanie va permettre l’achèvement du renouvellement de la ligne qui avait été entreprit indirectement grâce à la base travaux de la LGV Nîmes-Montpellier. Cela commencera en 2023 par un RVB sur une dizaine de kilomètres à l’extrémité de la ligne où subsistent encore des sections entières sur traverses en bois, ce qui permettra notamment l’éradication des rails PM38 et LP48 datant de l’époque de la compagnie du PLM. Cinq aiguillages seront également déposées (2 à Aigues-Mortes et 3 au Grau-du-Roi). En 2024 se poursuivra la dépose d’aiguillages et voie courantes inutilisés. Espérons que les choix soient réfléchis, notamment en préservant l’embranchement ferroviaire vers les Salins du Midi dont le potentiel FRET est important, et en gare du Grau-du-Roi pour permettre un cadencement plus important de la ligne.

Un AGC en gare du Grau-du-Roi, terminus de la ligne. On notera l’état des traverses et la végétation sur les voies et quais … ©Hunza

En 2025 aura lieu un RVB aux alentours de la gare du Vauvert. Enfin en 2026, l’opération se conclura sur toute la ligne par des remplacements de traverses, de rails et la création de LRS (Longs Rails Soudés). Dans le même temps, il est prévu divers travaux de consolidation des ouvrages d’art pour 2,5M€ entre 2028 et 2030. Au total, sur la période 2023-2032 la région prévoit un investissement de 36,9M€ sur cet axe. La ligne du Grau-du-Roi fait partie des axes qui devraient également bénéficier d’investissements dans le cadre du futur CPER pour augmenter la capacité de la ligne et repositionner plusieurs arrêts.

Un TER Occitanie à destination de Nîmes, longeant ici les remparts d’Aigues-Mortes LeCrame

Ligne de Quillan

En pays Cathares, la section actuellement fermée entre Limoux et Quillan sera complétement traitée dans le cadre de la réouverture de la ligne d’ici 2025. Reste la section Carcassonne-Limoux, déjà largement renouvelée en 2018 où il ne reste que quelques menus-travaux à réaliser. On peut ainsi citer en 2024 des remplacements d’aiguillages vers la base travaux des Estagnols, en 2025-2026 des reprises de maçonnerie et peinture de ponts métalliques. Enfin en 2030 est prévu la réfection du Pont-Rail (PRa) du Lauquet pour 5,8M€. Au total, sur la période 2023-2032 la région prévoit un investissement de 13,6M€ sur cet axe.

Un TER li Occitanie à destination de Limoux sur une voie flambant neuve ValentLuca

Ligne de la Têt

Sur la ligne Perpignan – Villefranche-Vernet-les-Bains, les travaux sont aussi minimes du fait du renouvellement quasi complet qui avait eu lieu en 2006. Concernant la voie, les derniers rails en double champignon seront éradiqués en 2025, avec renouvellement de deux aiguillages à Illes-sur-Têt et Villefranche. En 2027 ce sera au tour d’un RVB, d’un renouvellement de ballast et traverses sur les sections toujours en bois à Riu-Fagès et le passage en LRS à Vinça. Enfin en 2028 se poursuivra sur 2 km le renouvellement de ballast et traverses sur les sections toujours en bois qui avait été traitées en 2006. À noter en 2028 le remplacement de poteaux caténaires suite à diagnostic et l’éradication des tunnels à zones de briques en voute pour 3,3M€ entre 2028 et 2032.

La gare de Villefranhe-Vernet-les-Bains qui a conservé encore les rails double champignon PiEye

Au total, sur la période 2023-2032 la région prévoit un investissement de 27,9M€ sur cet axe. Comme pour le Grau-du-Roi, il faut espérer ici aussi un investissement de développement dans le cadre du futur CPER pour prolonger la signalisation BAPR jusqu’à Villefranche-Vernet-les-Bains et le retour d’une voie d’évitement à Prades pour pouvoir cadencer la ligne avec 1 train toutes les 30 minutes en pointe.

Ligne du train jaune

La célèbre ligne des Pyrénées Catalanes, reliant Villefranche-Vernet-les-Bains à Latour-de-Carol, va également bénéficier de financement dans la poursuite des travaux d’urgence déjà en cours. En 2025, le plan rail prévoit un renouvellement de deux aiguillages à Latour-de-Carol et la suppression de la Traversée Oblique (TO). Ce dernier point est dommageable puisque cela revient à rendre inutilisables les voies de service 21, 23, 27 et 29 à écartement standard, signe de l’absence totale de projet de développement du transpyrénéen et notamment le potentiel de trafic FRET à la croisée de la France, de l’Espagne et de l’Andorre.

Le troisième rail, rudement mis à l’épreuve, a besoin d’une régénération A.Cortés

Entre 2025 à 2029 auront lieu les études et travaux de régénération du troisième rail avec sécurisation du plan de contact pour 23M€. Spécificité du train jaune, ce dernier est en effet alimenté par un troisième rail situé sur le côté de la voie, dans lequel circule le courant nécessaire au fonctionnement du train à l’image d’une caténaire. C’est ce même système qui est utilisé sur les réseaux métro. En 2028 ce sera au tour de 9 PRa d’être remis en peinture avant le traitement du célèbre pont Gisclard, dernier point suspendu ferroviaire d’Europe, en 2030. Au total, sur la période 2023-2032 la région prévoit un investissement de 72M€ sur cet axe.

Le train jaune franchissant le celèbre Pont Gisclard

Lignes du Quart-Nord-Est

Dans l’Ouest de la région, les crédits sont bien moins importants et répartis sur une multitude de menus-travaux. Cela s’explique par le plan rail Midi-Pyrénées (2007-2013) qui avait permis le renouvellement quasi-complet du réseau ferré de l’ancienne région. Sur la ligne de Mazamet, on retrouve un renouvellement de la voie d’évitement de Lavaur en 2024, des remplacements de câbles non marqués en 2028 et la réfection de dispositifs d’étanchéité de 4 PRa en 2031.

Un TER liO Occitanie arrivé à son terminus, Mazamet Delagardelle

Sur la ligne Tessonières-Rodez, il y aura des renouvellements de rail en 2023 pour traiter des zones en courbes serrées présentant des risques de limitations de vitesse à court terme. En 2027 et 2028, ici aussi des câbles non marqués seront remplacés. Sur la ligne de Figeac, les montants sont plus importants du fait des nombreux ouvrages d’art. Sur le volet voie, en 2023 aura lieu une mise au gabarie d’un Pont-Route (PRo) par abaissement de la voie. En 2024 un RVB dans un tunnel suivi en 2025 d’un RVB d’une voie d’évitement en gare. Pour ce qui est des ouvrages d’art, il est prévu des confortements de tunnel par coque béton en 2024, 2028, 2029 et entre 2030 et 2035. Enfin, les systèmes d’annonce de PN seront modernisés en 2024.

Le train de marchandises hebdomadaires entre Bagnac et St-Jory, transportant du ballast pour les chantiers SNCF avant l’incendie de Figeac ©Pierre Joris

Sur l’axe Brive-Rodez, on retrouve également des renouvellements de rail en 2023 et 2024 pour traiter des zones en courbes serrées présentant des risques de limitations de vitesse à court terme. En 2027 des tunnels seront confortés par coque béton avec reprise d’étanchéité. Sur la période 2030-2035 se poursuivra la reprise de dispositifs d’étanchéité. Enfin, sur la partie Occitane de la ligne Figeac-Aurillac, il s’agit encore une fois de réfection de dispositifs d’étanchéité en 2027 et 2029, ainsi qu’un confortement des tunnels par coque béton entre 2030 et 2035. Au total sur ces 5 lignes et sur la période 2023-2035, la région prévoit un investissement de 93,1M€.

TER Rodez – Brive-la-Gaillarde traversant le viaduc de Valady, conçu à l’origine pour une double voie ©Charles de B.

Ligne du Gers

Sur l’axe Toulouse-Auch, des défauts d’enfoncement du rail seront traités sur le secteur de St-Cyprien en 2023, ainsi que des défauts de rail en courbes serrées au-delà de l’Isle-Jourdain. En 2025 aura lieu un renouvellement d’aiguillages en gare de Gimont et l’Isle-Jourdain ainsi que la réfection de peinture et d’étanchéité d’ouvrages d’art. Enfin en 2029, des câbles non marqués seront remplacés. Au total, sur la période 2023-2035 la région prévoit un investissement de 13,5M€ sur cet axe.

Gare de Gimont-Cahuzac où des appareils de voie seront renouvelés Vincent FRANCESCONI

Ligne de l’Ariège

Dernière ligne traitée, la section Foix – Latour-de-Carol représente un investissement plus important de par la multitude d’ouvrages d’art en haute-Ariège. Ainsi en 2025 on retrouve la mise en place du dispositif Ruglei destiné à améliorer la stabilité des banquettes en zone de courbes serrées. En 2026 il s’agira de confortements de tunnels par coque béton. Le même type d’opération se poursuivra entre 2030 et 2035 suivant un programme prévisionnel suite à des visites périodiques. Enfin en 2033, les systèmes d’automatismes des 4 sous-stations (Ussat-les-Bains, Ax-les-Thermes, l’Hospitalet et Latour-de-Carol) seront régénérés. Au total, sur la période 2023-2035 la région prévoit un investissement de 133,6M€ sur cet axe.

L’entrée Nord du tunnel du Puymorens (5,4 km) côté Ariégeois est équipée d’une porte pour réduire la formation de stalactite avec le courant d’air entre les deux vallées. ©Transpirenaico

Ainsi, le plan rail Occitanie est clairement en phase avec la volonté de la région de pérenniser le réseau ferré et ne plus être dans la réalisation de travaux d’urgence. Si la fermeture de lignes est désormais exclus pour les décennies à venir, reste à avoir un futur CPER tout aussi ambitieux pour développer le réseau et ainsi améliorer l’attractivité du train. On peut citer par exemple des modernisations de signalisation (BAPR, BAL, IPCS), des rajouts de voies d’évitement, des télécommandes à distance, des relèvements de vitesse ou encore des doublement de lignes.

Publicité

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. JiBOM dit :

    Par curiosité, connaissez-vous les vitesses limites originelles du H lozérien, en particulier sur la translozérienne ?
    Par ailleurs, qu’en est-il de l’aiguillage de Figeac permettant un retour de la liaison directe entre Toulouse et Aurillac ?

    En tout cas, ce plan-rail est une bonne nouvelle.

    J’aime

    1. voiemidi dit :

      Je n’ai pas réussi à remettre la main sur les vitesses nominales du H Lozérien à ce jour. Concernant Figeac, le nouveau poste d’aiguillage sera mis en service en 2023 permettant un retour des TER Toulouse-Figeac-Aurillac (Clermont-Ferrand)

      J’aime

      1. JiBOM dit :

        Merci pour ces réponses.
        Bonne année à vous !

        J’aime

  2. benoit dit :

    je ne vois pas les actions du CPER 2015-2020 non réalisées, sont-elles abandonnées ?
    – Colomiers-Arènes transformé en Colomiers Brax
    – ERTMS2 sur Matabiau – Muret
    – relèvements de vitesse sur Gimont et sur Tarascon-Les Cabannes (Luzenac ?)

    A cela s’ajoute que ces énormes travaux ne prévoient jamais d’amélioration par rapport à l’état initial. Nouvelles gares ou nouveaux points de croisements, relèvements de vitesse, électrification (Tlse – St Sulpice, Nîmes Grau-du roi, etc..) signalisation Nextrégio (ERTMS du pauvre) ou ERTMS, banalisation ou IPCS, etc….

    J’aime

    1. voiemidi dit :

      Le plan rail Occitanie est une nouvelle série de travaux, il est donc normal de ne pas retrouver les actions du CPER qui sont indépendantes. De même, le plan rail Occitanie a pour but la pérennisation du réseau régional à iso-performance et iso-plan de transport. Le développement et la modernisation de ce dernier sera traité sur le prochain CPER qui est en cours d’élaboration.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s