Clap de fin pour Agen-Condom?

Alors que la région Occitanie se démène pour la réouverture de 5 lignes de chemin de fer, la modernisation du réseau, le renouvellement des lignes vétustes dans le cadre du futur plan rail ou encore la réalisation de deux LGV, c’est une nouvelle à laquelle on ne s’attendait pas. Pour la première fois, la région va avoir une action clairement anti-ferroviaire en ne s’opposant pas au déclassement de la section de ligne Port-Ste-Marie – Condom de la ligne Port-Ste-Marie – Riscle. Les lignes de chemin de fer, en service ou non, appartiennent à SNCF Réseau. Pour procéder à une réutilisation d’une plateforme, il faut déferrer et donc déclasser la ligne. Autrement-dit, officialiser l’absence d’avenir ferroviaire. Durant cette procédure, la ou les régions concernées doivent donner leur accord.

Situation actuelle

La région affirme qu’elle n’a pas eu connaissance de projets sur cet axe. Outre la fait qu’il s’agit d’un propos surprenant sachant que c’est à la région d’être motrice sur le ferroviaire (comme elle le fait à Luchon, Quillan, Bessèges, etc), c’est d’autant plus faux qu’il y avait déjà un projet! En effet, depuis 2016 une association exploite un vélorail sur une section entre Moncrabeau et Lasserre pour lequel les collectivités locales ont déjà mis des financements. Mais en 2021, le vélorail de l’Albret apprend du jour au lendemain qu’ils doivent abandonner leur activité! Pourquoi aucune concertation? Dans le même temps, il est surprenant de se vautrer aussi rapidement dans un déferrement pour réaliser une voie verte alors que dans le Lot, la région refuse (à juste titre) de déclasser la ligne Cahors-Capdenac que les élus locaux Lotois ne cessent de souhaiter voir disparaitre. Une ligne pourtant plus longue et avec un avenir ferroviaire à plus long terme que Condom.

Image
Le vélorail de l’Albret

Il est bon de rappeler au passage, qu’avant de déferrer une nouvelle ligne, il serait urgent de protéger les plateformes déjà sans voies et qui sont en train de disparaitre. On peut citer ainsi la section Condom-Eauze sur la ligne Port Ste-Marie – Riscle, qui est déjà déferrée mais n’est aménagée en voie verte que sur 20 des 33 km de la section en question. Terminer la voie verte serait par ailleurs une chance supplémentaire de retrouver à long terme une liaison reliant Agen à Mont-de-Marsan. Il y a également la ligne Condom-Auch, Eauze-Auch ou encore Auch-Vic-en-Bigorre.

Image
Carte de la ligne Port-Ste-Marie -Riscle avec en noir la section déferrée et abandonnée ©VoieMidi

Un potentiel inexploité

Car en effet, la ligne de Condom est intéressante à plus d’un titre. L’axe possède sur ses 40 km pas moins de 4 embranchements ferroviaires vers des silos agricoles. Or dans le même temps, par comparaison, les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine sont engagées dans la réouverture aux trains marchandises de la ligne Auch-Agen (64 km) qui possède quant à elle 5 silos… La ligne de Condom est donc tout aussi intéressante, si ce n’est plus sachant d’autant plus que certains des silos de ces deux lignes appartiennent à la même coopérative! Les collectivités locales s’étaient d’ailleurs rassemblées en 2013 pour pousser à la réouverture au FRET. Ne pas vouloir faire des travaux de suite est une chose, déferrer et ainsi anéantir tout retour du train est totalement irresponsable.

Image
La ligne de Condom avec ses gares et en rouge les embranchements vers des silos agricole ©VoieMidi

Mais le FRET n’est pas le seul atout de cette voie. Le potentiel voyageur est en effet très important avec la desserte d’Agen (33.012 hab), Port-Ste-Marie (1.889 hab), Feugarolles (1.001 hab), Vianne (1.009 hab), Lavardac (2.267 hab), Nérac (6.849 hab), Moncrabeau (738 hab) et Condom (6.508 hab). Parmi ces communes, on retrouve pas moins de deux sous-préfectures à savoir Nérac pour le Lot-et-Garonne et Condom pour le Gers. Comment, après tous les efforts de l’Occitanie pour le ferroviaire, peut-on priver deux sous-préfectures de leur ligne de chemin de fer! On notera qu’on se retrouve avec un bassin de près de 20.000 habitants, soit plus que les lignes en cours de réouverture (Luchon, Quillan, Bessèges). Enfin, il ne faut pas oublier la dimension touristique de la ligne avec Nérac, cité marquée par le passage d’Henri IV, Condom et son centre-ville pavé à l’ombre des Mousquetaires, Larressingle surnommé la petite Carcassonne du Gers et bien sûr la rivière navigable de la Baïse qui longe la voie ferrée.

Image

Priorité à la route

Le plus tragique dans cette histoire, c’est qu’il n’est même pas question de trouver des financements pour rouvrir la ligne mais simplement de préserver la voie telle quelle. Pour autant il est intéressant de noter que dans le Gers, véritable dessert ferroviaire, l’Etat, la région et le département s’apprêtent à mettre 142M€ pour la mise en 2×2 voies de la RN124 entre l’Isle-Jourdain et Gimont. Contrairement aux travaux du contournement de Gimont qui permettent de soulager le centre-ville de ce flux de voiture et camion, ce dernier tronçon de 10 km ne traverse aucune commune et n’est en rien la priorité en terme de transport pour le Gers. Sachant qu’il faut en moyenne 1M€ pour renouveler 1 km de ligne, cela signifie qu’il y a assez pour traiter les lignes Auch-Agen et Port-Ste-Marie – Condom réunie, soit 104 km cumulés. Il resterait ensuite de quoi traiter les ouvrages d’art, en terre ou encore les passages à niveau et quasiment boucler le financement.

La gare de Nérac a conservé son plan de voie, mais jusqu’à quand? ©Railwalker

La question est donc simple, allons-nous mettre autant d’argent sur une route qui n’améliorera pas les déplacements et incitera à prendre la voiture, ou bien sur le ferroviaire avec la desserte du Nord du département? Département du Gers, l’un des plus rural de France avec une démographie fragile, pour lequel la desserte de villes comme Lectoure, Fleurance et Condom est essentiel pour éviter une désertification. Une chose est sûr, il faut que l’Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine, connues pour leur politique pro-ferroviaire, reviennent sur leur décision! À l’heure où sur ce même territoire certains manifestent contre une LGV essentielle pour la région, n’y a-t-il personne pour réellement défendre les trains du quotidien ?

Source:

Photo d’illustration

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s