Rive droite du Rhône: un avant goût de réouverture

Alors que le renouvellement de l’assemblée régionale est en cours les 20 et 27 juin, l’une des 6 lignes inscrite lors des Etats Généraux du Rail et de l’Intermodalité pour être renouvelée/réouverte offre un aperçu de ce qui nous attend. Cette ligne c’est celle de la rive droite du Rhône, Nîmes – Avignon – Pont-St-Esprit. La région avait obtenu une accélération des travaux pour permettre la réouverture de 3 haltes (Remoulins, Bagnols-sur-Cèze et Pont-St-Esprit) dès fin 2021 pour une réouverture partielle entre Avignon et Pont-St-Esprit. Après le retard à l’allumage de l’EPSF, cette nouvelle liaison TER prendra place finalement à partir de l’été 2022. En attendant, les travaux de renouvellement des quais de la gare de Remoulins viennent tout juste de s’achever pour permettre la mise en place de 4 allers-retours depuis Nîmes afin de rejoindre le célèbre Pont-du-Gard les 19 juin, 21 juillet, 18 août et 25 septembre. Dans le même temps l’Occitanie avance sur la réouverture des 5 autres gares qui devraient être mises en service d’ici fin 2025. Tour d’horizon des différents arrêts:

Les quais flambant neufs de Remoulins accueillant leur premier TER Occitanie et sa livrée liO E.Arnaud

Marguerittes

Premier arrêt, desservant une commune de 8.635 habitants, les travaux prévoient un renouvellement des quais aux normes PMR (Personne à Mobilité Restreinte) avec une longueur de 166m ce qui permet finalement d’envisager des compositions doubles avec tous les types de rames y compris les régio2N. Les quais bénéficieront d’une mise en place d’un éclairage, d’un système de sonorisation, d’un téléaffichage, d’une signalétique voyageurs, d’un distributeur de billet et du mobilier de quai habituel. Enfin deux options sont sur la table pour le positionnement de part et d’autre du Bâtiment Voyageurs (BV) de la passerelle qui sera équipée de deux ascenseurs. On peut s’interroger sur l’absence d’une troisième option qui permettrait une belle économie avec la réutilisation du pont-rail à l’Ouest de la gare en guise de passage souterrain avec l’ajout de simples rampes. Au niveau ferroviaire, cette réouverture nécessitera un repositionnement des supports caténaires dans la zone de quai, une déviation des artères de câbles principaux de signalisation et télécoms ainsi que le déplacement du signal « S782,3 » en aval du quai voie 2 avec l’ajout d’une indication au signal « C40 ». À plus long terme, il serait intéressant de rouvrir le BV aux voyageurs avec le système de smart station.

La gare de Marguerittes avec les deux hypothèses de passerelle

Remoulins

Situé à seulement 3 km du célèbre Pont-du-Gard, 1er site touristique d’Occitanie, les quais de la gare de Remoulins ont déjà été renouvelés . Il ne reste ainsi qu’à mettre en place la sonorisation, le téléaffichage, la signalétique voyageurs, le distributeur de billet et le mobilier de quai. Une passerelle avec 2 ascenseurs prendra place grâce à la réduction des voies de service réalisée cet année. Ici aussi il serait bon de rouvrir le BV aux voyageurs avec pourquoi pas un guichet au vue de l’intérêt touristique de cet arrêt comme c’était le cas il n’y a pas si longtemps avec la boutique SNCF. À plus long terme enfin, il serait souhaitable de travailler sur des circulations exceptionnelle sur l’antenne d’Uzès (circulation FRET uniquement à ce jour) afin de rejoindre directement le Pont-du-Gard avec une halte au pied du musée.

Plan de la gare de Remoulins avec sa passerelle

Aramon

En gare d’Aramon, le renouvellement des quais sur 166m va imposer la reprise du plan de voie de la plateforme. Au Sud d’une part, cela va nécessiter la dépose des aiguillages G et F ainsi que la dépose des voies de services 5 et 7. Plus surprenant, SNCF Réseau souhaite déposer la voie 2bis pourtant en bon état, de grande longueur et électrifiée. Une voie qui permettrait le stationnement d’un train de marchandises afin d’effectuer un dépassement par des trains voyageurs plus rapides ce qui est fortement intéressant sur cette ligne qui est un axe FRET national important. Pour insérer la passerelle avec ascenseurs, plutôt qu’une dépose de cette voie 2bis, un simple ripage plus au Nord serait préférable. Enfin une nouvelle fois, il serait souhaitable de rouvrir à moyen terme le BV d’Aramon aux voyageurs grâce au système de smart station.

La gare d’Aramon avec au niveau du BV la future passerelle

Villeneuve-lès-Avignon

Desservant une commune de 11.769 habitants, les quais seront renouvelés sur 166m avec mise en place de la sonorisation, du téléaffichage, de la signalétique voyageurs, d’un distributeur de billet, du mobilier de quai et d’une passerelle avec 2 ascenseurs. À noter que dans cette gare, il y aura une reprise du bâtiment avec le renouvellement des menuiseries du BV et la création d’un lien entre le guichet et le quai. En effet, chose rare, il existe toujours une boutique SNCF dans les murs.

Plan de la gare de Villeneuve-lès-Avignon avec sa passerelle

Roquemaure

Outre le renouvellement des quais sur 166m avec mise en place de la sonorisation, du téléaffichage, de la signalétique voyageurs, d’un distributeur de billet et du mobilier de quai, la gare de Roquemaure présentera l’originalité de ne pas avoir de passerelle pour la traversée des voies. Deux solutions sont en réflexions avec d’un côté l’aménagement d’un cheminement sous le pont-rail de la gare de Roquemaure avec ascenseurs pour les PMR, et de l’autre côté la réalisation d’un passage souterrain avec soit des rampes d’accès soit des ascenseurs. Au niveau ferroviaire, cette réouverture nécessitera un repositionnement des supports caténaires dans la zone de quai, une déviation des artères de câbles principaux de signalisation et télécoms ainsi que le déplacement du signal « S733,0 » en aval du quai voie 2. À plus long terme, il serait intéressant de racheter le BV afin de le rouvrir aux voyageurs avec le système de smart station.

La gare de Roquemaure et l’hypothétique passage souterrain

Laudun-l’Ardoise

La gare de Laudun-l’Ardise présente un plan de voie important vis-à-vis du trafic marchandises et notamment grâce à l’usine de production de silicium Ferropem. Un trafic qui pourrait être encore plus important en réactivant les embranchements de l’usine owens-corning (fabricant de fibre de verre), du 1er régiment étranger de génie ainsi que du port sur le Rhône sans oublier la nouvelle plateforme logistique de Carrefour. Pour assurer l’implantation d’une passerelle sur les futurs quais de 166m dans cette environnement, la voie de service n°5 sera réduite avec déplacement de l’aiguillage pour permettre le décalage de la voie 3 qui sert à la réception et expédition des trains longs de 1000m. Sur le quai d’en face également, l’aiguillage F sera déplacé pour maintenir l’usage de la voie de service tout en allongeant le quai.

La gare de Laudun-l’Ardoise et la réaménagement du plan de voie

Bagnols-sur-Cèze

Plus grosse commune à être desservi avec ses 18.072 habitants, les quais de Bagnols-sur-Cèze seront déjà renouvelé d’ici à la fin de l’année. Les travaux consisteront simplement à l’installation de la passerelle avec ascenseurs mais également à faire une reprise du bâtiment pour créer un lien entre le guichet et le quai puisqu’ici aussi, il existe toujours une boutique SNCF. Dans le même temps, la région et la commune travaillent à la réalisation d’un PEM (Pôle d’Echange Multimodal) pour permettre un report des cars interurbains vers le TER et renforcer le potentiel voyageur de la ligne. Dès fin 2020, les deux halles ferroviaires à l’abandon appartenant à SNCF Réseau et les voies de services ont été détruites pour laisser place d’ici 2022 à de nouveaux bâtiments destinés à accueillir des commerces.

La gare de Bagnols-sur-Cèze et l’emplacement de la future passerelle

Pont-St-Esprit

Dernière gare de la ligne en territoire Occitan, l’avenir de Pont-St-Esprit est encore en cours de réflexion. Le choix du scénario dépend notamment de ce que décidera la région voisine d’Auvergne-Rhône-Alpes. Si cette dernière ne rouvre pas sa section aux voyageurs, l’Occitanie devrait faire le choix de la création d’un terminus partiel pour permettre le retournement des TER. Cela consisterait à supprimer la communication entre les voies 1 et 2 pour la recréer en amont de la gare afin d’accéder à deux nouvelles voies en heurtoir avec un quai central. Les voies de services 9 et 11 seraient supprimées par la même occasion et un Poste d’Aiguillage Informatique (PAI) de type Argos prendrait place pour permettre la télécommande des aiguillages depuis un Poste de Commande à Distance (PCD) en gare de l’Ardoise.

Hypothèse d’aménagement de la gare de Pont-St-Esprit en terminus partiel

La deuxième option reviendrait à faire de Pont-St-Esprit une gare de passage avec un prolongement des TER vers l’Auvergne-Rhône-Alpes et la gare du Teil qui permet dès aujourd’hui des retournements. C’est d’ailleurs dans cette dernière que les TER iront faire demi-tour les premières années à partir de l’été 2022. Les quais de Pont-St-Esprit étant déjà renouvelé d’ici là, il suffira alors de créer seulement une passerelle avec ascenseurs. Mais pour cela, encore faut-il que la région voisine réalise des aménagements au Teil et en profite pour rouvrir les gares de Bourg-St-Andéol (7.167 hab), de Viviers (3.710 hab) et du Teil (8.796 hab) pour éviter de parcourir 37 kilomètres inutilement. Enfin, tout comme Bagnols-sur-Cèze, un PEM est en cours de réalisation pour rabattre les bus urbains et car interurbains.

La gre de Pont-St-Esprit dans une configuration de simple passage
Publicité

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Sybic070 dit :

    En quelle langue faut-il leur expliquer, à Carole et Lolo(ou du moins à leurs VP Transports respectifs)que la réunion des deux projets serait bénéfique à tous, à commencer par les clients ? Ça génèrerait de substantielles économies, y compris en mutualisant les roulements du matériel et des agents. Les Régions ne sont pas si riches, pour jeter l’argent par les fenêtres, dans des projets de transport mal ficelés, ou des chimères comme l’hydrogène ! Et les murs de Jéricho entre deux voisins restent infranchissables, chaque Région ne voyant pas au-delà de ses limites. Il est plus que temps de raisonner en inter- plutôt qu’ en intra-régional, mais pour cela il faut que les Zélus arrêtent de se comporter en notables soucieux en priorité de leur avenir politique. Et là, c’est pas gagné…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s