Le retour du contournement ferroviaire de Toulouse?

C’est un vieux projet qui était tombé dans l’oubli. L’idée de réaliser un contournement ferroviaire à Toulouse avait conduit les décideurs à préserver un fuseau le long du périphérique Est en l’inscrivant dans le PLUiH de Toulouse Métropole depuis 1982! Mais depuis, rien. Au point que le projet n’est jamais pris en compte dans les autres programmes, que ce soit la LGV Bordeaux-Toulouse, les AFNT (Aménagements Ferroviaires du Nord de Toulouse), le réaménagement de la gare Matabiau ou encore le SEM (Service Express Métropolitain).

Carte du contournement ferroviaire de Toulouse avec son raccordement sur la ligne du Quart Nord-Est VoieMidi

Problème, le maintien de cet emplacement réservé (ER) dans les documents d’urbanisme depuis près de 40 ans, sans objectif de réalisation, peut présenter des risques juridiques et financiers pour SNCF Réseau car se situant dans la zone d’extension de l’agglomération toulousaine. En outre, les propriétaires exercent leur droit de délaissement vis-à-vis de SNCF Réseau qui ne dispose pas de financement pour acquérir les parcelles. Si les renoncements à acquérir de la part du bénéficiaire n’entrainent pas l’annulation de l’ER, leur nombre pourrait contrarier, à terme, la réalisation du projet. Par conséquent, une étude d’opportunité est lancée avec pour objectif de connaitre la faisabilité technique du projet, les coûts associés, une évaluation socio-économique du projet ainsi qu’une étude d’exploitation, basée sur l’étude de trafic. À ce terme sera rendu une analyse multicritère permettant de dégager l’opportunité de réaliser ou non le projet.

Concrètement, l’infrastructure se découpe en deux sections qui peuvent être réalisées séparément. La première de 9 km commence par une bifurcation sur la branche Sud-Est (ligne vers Narbonne) au niveau du quartier Lespinet, avant le périphérique, puis longe ce dernier en passant notamment derrière la cité de l’Espace et sous le viaduc du métro A. Une fois arrivée au niveau de la branche Est (ligne vers Albi), un embranchement permet de rejoindre le triangle de Raynal soit pour aller vers Matabiau, soit pour aller vers St-Jory.

Fuseau du contournement ferroviaire de Toulouse en rose avec l’embranchement sur la branche Est

La deuxième section, qui peut être réalisée dans un second temps, se prolonge toujours le long du périphérique sur 5,6 km. Mais cette fois, si le fuseau reste vierge de toute construction (à une ou deux exceptions près), il se heurte à la présence d’infrastructures routière, la première étant le nouvel échangeur de Borderouge et la seconde l’avenue Jean Zay qui chevauche sur toute la longueur le futur contournement ferroviaire. Enfin au niveau du rond-point sous l’A620, on retrouve une nouvelle bifurcation avec la branche Nord (ligne vers Montauban) permettant ainsi de shunter complètement le centre-ville Toulousain.

Exemple du concessionnaire Mercedes-Benz à Atlanta où le bâtiment s’arrête au niveau du fuseau du contournement ferroviaire VoieMidi

L’objectif principal du projet est, comme son nom l’indique, de permettre aux trains de marchandises (et particulièrement ceux transportant des matières dangereuses) de ne plus traverser le centre-ville, notamment la gare Matabiau. Conséquence directe, cela permet le soulagement de la tranchée de Guilhemery et du complexe Matabiau-Raynal. Dans l’optique d’un futur RER, ainsi qu’à plus long terme de la LGV Toulouse-Narbonne, sans oublier la montée en puissance progressive des TER, la libération de sillons et de voies à quai sera le bienvenu. Outre la fiabilisation des horaires des trains FRET, le contournement apportera la possibilité de nouvelles liaisons entre les lignes de l’Ariège, du Gers, du piémont Pyrénéen d’un côté et le littoral Méditerranéen de l’autre côté.

Un train de marchandises transportant du ciment de Fos-Coussoul à St-Jory traversant ici Matabiau Florian Duval

Une nouvelle liaison qui servirait également à une particularité locale, les trains de pèlerins. En effet dans les Hautes-Pyrénées, la ville de Lourdes attire chaque année des touristes de toute la France mais aussi de toute l’Europe! Des trains qui arrivent en grande majorité par Narbonne, nécessitant donc un arrêt à Toulouse-Matabiau pour effectuer un retournement de la locomotive. Une opération assez longue où le contournement ferroviaire permettrait un gain de temps non négligeable et une simplification au niveau logistique.

Un train de pèlerins Katowice – Lourdes quittant Toulouse après avoir fait un retournement à Matabiau Sylvain Costes

Il est grandement souhaitable que l’étude, qui devrait se dérouler sur toute l’année 2021, conclut à la préservation du fuseau. Plus particulièrement pour le 1er tronçon de 9 km entre les branches Sud-Est et Est, tronçon apportant à lui seule de nombreux avantages et dont on pourrait imaginer un calendrier à long terme dans le cadre du plan de relance du fret. Il est à noter que le projet ne prévoit ni haltes, ni gares, ce qui est normal pour une ligne dont l’objectif est axé sur le trafic marchandises. Néanmoins, il pourrait être souhaitable de préserver une parcelles au niveau des Argoulets pour une halte de secours qui permettrait une correspondance avec le métro A et donc un accès en 4 minutes de Matabiau. De même, il faudrait préserver les terrains nécessaires à un embranchement ferroviaire sur la branche Est en direction d’Albi cette fois-ci pour s’assurer à long terme que plus aucun train de fret ne passe par Matabiau.

Métro A approchant la station Argoulets avec, sous le viaduc, le fuseau du contournement ferroviaire

Source:

Photo d’illustration

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Ben dit :

    Bonjour
    Je ne comprends pas l’impact vis à vis des trains de pélerins. Ceux-ci arrivant majoritairement de Narbonne comme vous le dite devront toujours se retourner quelque part pour s’envoyer en direction du sud-ouest ? Quel est le rapport avec ce barreau de contournement ? Si vous pouvez éclairer ma lanterne ! Merci

    J'aime

    1. voiemidi dit :

      Justement, comme on le voit sur la carte, les trains arriveront à Matabiau par le Nord en empruntant le contournement ferroviaire jusqu’aux Argoulets et ne devront donc que traverser Matabiau

      J'aime

      1. Ben dit :

        Merci pour votre réponse

        J'aime

    2. Bonjour,
      Si j’ai bien compris et d’après la première image, les trains en provenance de Narbonne et souhaitant aller vers Tarbes ou Lourdes emprunteront d’abord le nouveau contournement (en rouge), puis bifurqueraient au niveau de la ligne Toulouse – Albi pour retourner vers Matabiau via le barreau de retournement. Ensuite, ils seront dans le bon sens pour aller à Tarbes/Lourdes.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s