Dernière ligne droite pour Luchon

La route fut longue, mais le projet de réouverture touche à sa fin. Après la fermeture de la ligne en novembre 2014, les études préliminaires (EP) avaient été engagées en 2015 suivi des études d’avant-projet (AVP) en juillet 2017 pour obtenir le programme détaillé, les coûts et les délais des opérations. Aujourd’hui commence les études de projet (PRO), dernière étape avant le lancement des travaux dont l’objectif est de réaliser l’ensemble des acquisitions de données complémentaires nécessaires (sondages de la plateforme, des ouvrages d’art et ouvrages en terre, relevés topographiques, tournées spécifiques pour la signalisation et télécommunications) ainsi que de poursuivre les démarches administratives et la rédaction des DCE techniques pour lancer les appels d’offres de la phase réalisation (REA). Tour d’horizon des travaux et du calendrier:

Objectif

Les quais des gares de Loures-Barbazan (Pk 111,344), Saléchan-Siradan (Pk 118,089), Marignac-St-Béat (Pk 124,103) et Luchon (Pk 139,321) seront réaménagés pour être rehaussés et allongés afin de pouvoir utiliser des trains Régiolis en UM2 (Unité Multiple: 2) qui seront desservies systématiquement par toutes les circulations de la ligne. Le choix de l’UM2 doit encore être confirmé, mais il ne serait en être autrement étant donné le potentiel voyageur de Luchon les hivers à l’image d’Ax-les-Thermes où les régio2N ne sont pas de trop.

luchon.png
Plan de la ligne Montréjeau-Luchon et ses gares ©VoieMidi

Les travaux de réouverture des 36 km de la ligne doivent permettre de retrouver une vitesse nominale de 90 km/h avec la suppression de tous les ralentissements (certains étant de 10 km/h!), et 80 km/h sur la section sinueuse de Marignac – Cier de Luchon. Ainsi le temps de trajet entre Montréjeau et Luchon sera de 35 minutes (contre 1h en 2014), permettant de relier Toulouse à la reine des Pyrénées entre seulement 1h40 à 2h. La ligne sera en capacité d’accueillir 6 allers-retours avec la possibilité de circulations exceptionnelles comme le train à vapeur ou encore des trains de marchandises. Hâtivement estimé à 35M€, SNCF Réseau avait finalement rehaussé l’opération à 80M€! Un coût dénoncé par la région et dont elle est parvenue à faire descendre à 53M€ (60M€ avec les provisions pour risques).

Travaux

La réouverture de la ligne Montréjeau-Luchon nécessite bien évidemment le renouvellement complet de la voie sur tout le parcours ce à quoi il faut ajouter la construction de trois bases de travaux, à Gourdan, à Marignac et à Luchon pour permettre le stockage des matériaux et trains travaux. Autrement dit il y aura une régénération (provisoire ou définitive) des voies de service sur le site de Marignac tandis qu’à Luchon le plan de voie prévoit la mise en heurtoir de la voie 1/2 et la préservation des voies 3 et 5 pour le retournement des trains de marchandises, de nuit ou encore la locomotive à vapeur.

Plan de voie de la gare de Luchon avec en noir les sections déjà disparues et en rouge celles qui seront supprimées lors des travaux ©VoieMidi

Certains ouvrages d’art et en terre doivent être traités. Dans le cas des ouvrages d’art, cela concerne le remplacement de tabliers métallique, le confortement de maçonneries de ponts, des garde-corps et le remplacement de dalots d’assainissement. Pour les ouvrages en terres, il s’agit de la mise en place de filets détecteurs sur tranchées ou versants, d’aménagement hydraulique sur des versants ou encore de la mise en place de géo-grilles sur tranchées.

Concernant la signalisation, les travaux prévoient la création d’un système d’exploitation de l’infrastructure en navette avec la modernisation des dispositifs et supports de télécommunication. Sur les 37 passages à niveau (PN) de la ligne, jusqu’à 14 PN seront supprimés selon l’avis des préfectures, les autres seront régénérés tandis que 7 PN à croix de St-André seront automatisés. Enfin, une desserte FRET doit pouvoir être réalisée avec la création d’un embranchement ferroviaire soit à Luchon pour l’usine des eaux de Luchon, soit à Marignac pour l’exploitation du bois et du marbre.

La gare de Marignac-St-Béat et ses deux voies d’évitements ©rd-rail

Enfin, les gares seront également traitées. Outre les quais, il s’agit de la dépose et démolition des anciens quais, abris, mobiliers et équipements inutilisés, la création des cheminements piétons du quai aux voiries publiques en enrobé, la création de places de stationnement et une PMR, la création de pentes nécessaires pour la mise en accessibilité, la pose de mobiliers (abris de quai, bancs, poubelles, signalétique, garde-corps, stationnement vélos sécurisés), la pose de clôtures et de portillons le long des voies en zone de gare et en extrémité de quais, la mise en place de l’éclairage des quais, la mise à disposition de fourreaux pour de futurs valideurs, d’éventuels Distributeur de Billets Régionaux (DBR) et de l’information voyageurs. Enfin la pose d’information voyageuse dynamique (AFL) reste à étudier en option. Quelques particularités cependant:

  • À Loures-Barbazan, des solutions de parking doivent être envisagées avec la mairie ce qui entrainera des modifications d’accès à la gare.
  • À Saléchan-Siradan, la localisation actuelle de la halte ne permet pas aux voyageurs de stationner et cheminer dans la zone ce qui nécessitera soit le déplacement de la halte et de la zone de stationnement, soit la création d’un parking. Dans tous les cas, une acquisition foncière sera nécessaire.
  • À Marignac-St-Béat, le Bâtiment Voyageurs (BV) sera sécurisé, les menuiseries seront remplacées ou remise en peinture et les espaces vacants seront utilisés dans le cadre du programme 1001 Gares.
  • À Luchon, il est envisagé d’aménager et équiper un local de coupure d’une vingtaine de m² pour les conducteurs de train. Il s’agit également de faire des travaux de façade, de remplacement des menuiseries extérieures, de marquage sur parking, de création d’une cour anglaise et de réfection totale de la marquise côté voie. À l’intérieur il s’agit d’isoler les combles et réhabiliter la zone publique avec une réduction de la surface. Là aussi, les espaces vacants seront utilisés dans le cadre du programme 1001 Gares.
Le hall de la gare de Luchon, resté dans son « jus » ©Mike Ricketts

Calendrier

Si les choses peuvent encore bouger, le planning des différentes opérations se dessine déjà. Par anticipation, et dès l’été 2021, 7 km de rails provenant du RVB (Renouvellement Voie Ballast) de la voie 1 entre Muret et Boussens seront récupérés et stockés en gare de Luchon se rajoutant aux 23 km déjà sur place. Ainsi 30 des 70 km de rails, soit environ 40%, seront recyclés pour les travaux de la ligne Montréjeau-Luchon permettant par là une diminution du coût de la réouverture. Dans le même temps, et jusqu’à la fin de l’année, commencera un débroussaillage des emprises ferroviaires en respectant les périodes de sensibilités écologiques et l’autorisation environnementale unique. Enfin, la fin d’année marquera la dépose des 800 massifs de poteaux caténaires suite à la suppression de cette dernière en 2017.

Luchon garage à rails 31_luc11
Le site de la gare de Luchon, réaménagée pour accueillir les coupons de rails à réutiliser ©PPK

Fin 2021 la région récupèrera la maîtrise d’œuvre de l’opération, une première en France. En début d’année 2022 seront lancés les appels d’offres pour une attribution à l’été 2022. Les travaux entreront dans le vif du sujet durant l’automne avec la création des bases travaux de Gourdan, Marignac, Luchon et le curage ainsi que drainage des fossés et assainissement. Dans le même temps auront lieu les travaux sur les ouvrages d’art et en terre qui s’étaleront jusqu’à l’été 2023.

Un AGC assurant un TER Toulouse-Luchon, ici à l’approche du terminus ©SylvainCostes

Début 2023 commenceront les travaux de remise en état de la plateforme, de régénération de la voie et des passages à niveau là aussi jusqu’à l’été. Enfin ce sera au tour des services électrique et télécom de mettre en place les nouveaux systèmes de signalisation et de communication. À l’automne auront lieu les phases d’essais avant le passage d’une première circulation commerciale en décembre 2023 pour le SA2024. À noter que les gares et haltes seront traitées entre la fin 2022 et l’automne 2023.

Sources:

Photo d’illustration

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s