Une nouvelle porte d’entrée à Nîmes

Si la ville de Nîmes n’a pas fait revenir le tramway en ville, malgré le nom « tram’ bus » qui trahit peut-être un choix semi-assumé, le développement des deux lignes T1 et T2 se veulent comme le squelette du réseau urbain. Après une interconnexion entre la T2 et la gare de Nîmes-Centre, le projet de renouvellement urbain de la porte Ouest dans le cadre du plan « Nîmes Métropole 2030 » s’accompagnera d’une nouvelle interconnexion avec la gare de St-Césaire.

L’objectif est de transformer l’entrée de la ville en diversifiant le tissu urbain (habitat, commerces, services, entreprises, etc) le tout autour d’un axe structurant qui servira à prolonger la ligne T2 jusqu’à la ligne de chemin de fer. Pour établir un PEM (Pôle d’Echange Multimodal), il faudra donc déplacer la gare de St-Césaire 700 m plus à l’Ouest. Dès 2013, la bifurcation des lignes du littoral et du Grau-du-Roi a été modifié pour que l’arrêt des TER allant vers la Camargue ne bloque plus la circulation des trains vers Montpellier avec un prolongement de la ligne du Grau-du-Roi et la création d’un troisième quai.

Localisation de la future halte qui se retrouvera au cœur d’un nouveau quartier

Le déplacement de la halte sera l’occasion de mettre en accessibilité et sécuriser cet arrêt avec une passerelle avec ascenseurs qui reliera les deux (ou trois) quais et qui servira aussi à casser la rupture urbaine que représente la ligne de chemin de fer. Le PEM permettra un meilleur accès aux quartiers périphéries de Nîmes et notamment au CHU Caremeau qui est le plus important employeur de la ville et du département (environ 6 000 agents). Avec seulement 14.749 voyageurs en 2017, la fréquentation de la gare devrait ainsi connaître une forte croissance avec probablement une refonte de la politique d’arrêt des TER.

Le Tram’Bus T2 le jour de l’inauguration de la ligne

Espérons au passage que cela soit aussi l’occasion de protéger les premiers kilomètres de la ligne Nîmes-Sommières qui n’ont toujours pas été transformés en voie verte et qui pourraient très bien à moyen terme être utile pour un retour du train ou d’un tram-train dans un secteur en pleine croissance démographique. Nîmes Métropole a d’ailleurs voté en début d’année une étude sur la réalisation d’un tram-train vers Sommières pour 30.000€, l’occasion de réserver à l’avance un espace pour cette hypothétique liaison.

Carte du tracé de la ligne Nîmes-Sommières avec en noir les parties non protégées

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s