De nouvelles passerelle en Occitanie

Après St-Jory, St-Sulpice-sur-Tarn, Bram, Carbonne et actuellement Cazères-sur-Garonne, SNCF Réseau et l’Occitanie poursuivent la mise en accessibilité des gares de la région. 31 gares font partie du programme SDA-Ad’AP et se situent à diverses étapes:

  • 2 en études d’émergence (Moissac, Latour-de-Carol)
  • 1 en annulation pour cause d’impossibilité technique (Route de Launaguet)
  • 5 en études technique au stade AVP (Figeac, Carmaux, Pamiers, Auterive, Saverdun)
  • 7 en EP (Langogne, Agde, Alès, Bédarieux et Villefranche Vernet Les Bans, Mende et Marvejols)
  • 5 en phase PRO ou fin d’APO (St-Gaudens, Arènes, St-Cyprien, Colomiers, Portet-St-Simon, Millau)
  • 1 en projet de développement (St-Agne)
  • 1 en phase PRO-REA (Villefranche-de-Rouergue)
  • 5 en réalisations (Albi, Auch, Mazamet, Muret, Rodez)
  • 4 terminées (St-Sulpice-sur-Tarn, Colomiers Lycée international, Limoux, Lunel)

Tour d’horizon de plusieurs projet.

  • Portet-St-Simon

Au Sud de l’agglomération Toulousaine, une nouvelle gare va être mise en accessibilité à la bifurcation des lignes de l’Ariège et du piémont Pyrénéen. Déjà équipée d’un souterrain pour traverser les voies, Portet-St-Simon va gagner en plus un passerelle côté Tarbes avec un ascenseur de part et d’autre. Ce sera également l’occasion de faire quelques travaux de réaménagement des quais, du souterrain et de créer deux rampes PMR de chaque côté de la cour anglaise. La préfabrication des ascenseurs s’étalera d’octobre 2020 à mars 2021 et la passerelle de novembre 2020 à avril 2021. S’en suivront les travaux sur les quais et dans le souterrain jusqu’en juin 2021 pour un coût total de 3M€. On ressent dans cet aménagement que la SNCF n’est toujours pas prête à utiliser la voie 4 pour les TER en provenance du Comminges, ce qui permettrait une meilleure résilience du réseau en particulier vis-à-vis de la ligne de l’Ariège.

PSS
Illustration de la future passerelle de Portet-St-Simon
  • Moissac

Du côté de la gare de Moissac, une passerelle existe déjà pour rejoindre la voie 1 mais elle n’est pas accessible aux PMR et la voie 2 nécessite tout de même de traverser une voie de service. Si les études sont toujours en cours, le programme est déjà bien défini. Les quais 1 et 2 seront fusionnés avec le raccourcissement de la Voie de Service 4 (VS4) pour permettre l’accès aux trains voie 2 sans traversée piétonne. La passerelle sera équipée d’ascenseurs, dans l’axe de la passerelle sur le quai 1 afin de limiter l’impact des travaux sur les artères de câbles et dans l’axe de la trémie d’escalier sur le quai 2 afin de limiter l’impact des travaux sur les voies de service 3 et 5. La passerelle en elle-même sera remise aux normes avec notamment le remplacement des trémies d’escaliers.

La passerelle de Moissac avec au premier plan la VS4 qui sera raccourcie pour fusionner les quais 1 et 2 Hervé Legallais

Les quais seront réaménagés  avec un rehaussement à 55cm et une longueur utile de 170 m pour accueillir des régio2N en composition double. Ce rehaussement voie 2 engagera le gabarit spécifique lié aux trafics de transports exceptionnels. Sachant qu’il n’y a pas eu de circulation de ce type depuis 6 ans, il a été décidé de valider cette solution avec le passage en VUT (Voie Unique Temporaire) sur la voie 1 le jour où une circulation de ce type se présenterait. On notera une nouvelle fois le retard sur l’axe-Bordeaux-Narbonne vis-à-vis de l’équipement en IPCS (Installation Permanente de Contre-Sens).

MOISSAC
Plan de voie de la gare de Moissac

Deux points restent à trancher. Le premier concerne la mise en accessibilité de l’accès secondaire côté chemin St Martin qui imposerait la suppression des voies de service 3 et 5. Étant donné la quasi absence de circulation sur ces voies, il serait dommage de se priver d’emprises ferroviaires qui peuvent servir lors de travaux de renouvellement. D’autant plus que des TVP (Traversée Voie par le Public) sont conservées dans d’autres gares malgré le passage de trains à vive allure comme à St-Martory. Le deuxième point vise à mettre en mise en accessibilité l’accès de nuit côté Toulouse plutôt que celui déjà conforme côté Bordeaux afin de faciliter le cheminement direct vers la passerelle. Le projet représente un investissement de 5,2M€ avec un lancement des travaux en 2023 et une mise en service en 2024.

  • Latour-de-Carol

Gare frontière, terminus de trois lignes à écartement et électrification différentes, la mise en accessibilité de Latour-de-Carol est forcement un cas particulier. Malgré une traversée piétonne, il n’y aura aucune passerelle ou souterrain car les trains l’empruntent uniquement pour des manœuvres comme par exemple tous les matins avec le train de nuit.

Image
Les quais côté TER français, déjà traités lors du planrail Midi-Pyrénées

Concernant la partie train jaune, le quai 1bis desservant la V19 sera allongé et rehaussé sur 100 m, contre 78 actuellement. Un garde-corps sera posé côté V21 dont le heurtoir sera décalé pour interdire les circulations le long du quai 1bis. Lors du planrail Midi-Pyrénées, les quais 1 et 2 avaient été rehaussé côté Toulouse pour les TER mais pas côté Espagnol. Ainsi le quai 1 côté Espagne, desservant la V17 et la V1/2, va être rehaussé à 55 cm sur 150m contre actuellement 139m à 40cm. Le quai 2 RENFE/ADIF sera également rehaussé à 55 cm sur 160m contre 181m à 40 cm actuellement. Les trains Espagnols devront s’arrêter avant le bâtiment de la douane afin de guider le flux piéton vers le quai côté voie 6 et la rampe ainsi créée.

LATOUR

Une question se pose dans le cadre de ce réaménagement, le devenir du bâtiment de la Douane. Son sort n’est pas tranché mais il pourrait être démoli ce qui amènerait à rapprocher le quai « surélevé » vers Toulouse. Un déplacement problématique puisqu’il deviendrait impossible de faire venir à Latour-de-Carol des trains tractés par une motrice car en stoppant le train après l’aiguillage, la manœuvre de remise en tête de la locomotive ne sera plus possible.

On peut également se poser la question de l’utilité de supprimer le bâtiment de la Douane. Malgré l’espace Schengen, il est possible de rétablir les frontières temporairement lors de situations exceptionnelles comme par exemple après un attentat. Un point de filtrage pourrait être utile pour vérifier l’identité des usagers comme durant l’été 2017, ou comme pendant la pandémie du Coronavirus.

A gauche le train Espagnol (Rodalies) à l’arrêt en amont du bâtiment de la Douane et à droite les TER Français s’arrêtant avant.

Les travaux devraient se dérouler entre 2023 et 2024 mais sont soumis aux aléas du quai Espagnol dont les travaux sont dictés par la convention pour le fonctionnement des gares internationales de Latour-de-Carol et de Puigcerdà et de la voie de jonction de ces deux gares datant du 18 juillet 1929 liant la république Française et le Royaume d’Espagne et qui est en cours de revoyure.

 

  • Villefranche-de-Rouergue

Après avoir étudié dans le cadre des études préliminaires, la création d’un quai latéral en déplaçant la voie 3 pour permettre la mise en place d’une passerelle avec ascenseurs, la gare de Villefranche-de-Rouergue n’aura finalement droit qu’à un réaménagement des quais actuels et de la TVP (Traversée Voie par le Public). Il s’agira notamment de rehausser le quai à 55 cm sur une longueur de 150 m pour accueillir des régiolis en composition double, démolir les quais bas restant, sécuriser les extrémités des quais et en mettant aux normes les rampes PMR.

La gare de Villefranche-de-Rouergue dont la configuration des quais de changera pas Mareemonti

Source:

Photo d’illustration

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s