Réouverture et travaux en Conflent

C’est officiel depuis ce lundi 21 octobre 2019, et après 22 mois de fermeture suite à l’accident de Millas, la ligne Perpignan – Villefranche-Vernet-les-Bains est restituée à SNCF Réseau. Une suspension inédite et qui a laissé des traces nécessitant d’entreprendre des travaux pour reconstruire le passage à niveau, débroussailler le parcours entier et effectuer de nombreuses vérifications pour s’assurer que les installations sont toujours opérationnelles. Ces opérations prendront plusieurs mois ce qui devrait repousser le retour des TER au 6 avril 2020, une durée extrêmement longe qui montre l’abandon de la ligne durant cette période par SNCF Réseau.

En parallèle, la région Occitanie va investir sur des travaux à réaliser pour maintenir l’exploitation de la ligne dans des conditions nominales pour les années à venir. En 2020 tout d’abord avec le blocage de l’aiguillage F en voie direct et le renouvellement du ballast sur la voie C pour 50.000€ en gare de Villefranche-Vernet-les-Bains. Si la quasi-totalité de la ligne a été renouvelée il y a quelques années, la section Prades-Villefranche comporte encore énormément de travers en bois aujourd’hui hors d’âge. Pas moins de 250 traverses seront ainsi renouvelées pour 98.000€, ce à quoi il faut ajouter 200 traverses sur la voie d’évitement de l’Ille-sur-Têt en 2021 pour 70.000€. La même année aura lieu le remplacement de câbles non-marqués, la remise en état d’artères câbles et le remplacement de voûtes surbaissées sur 4 aqueducs entre le Soler et St-Féliu-d’Avall par des dalettes béton armé préfabriquées avec régénération des piedroits. Ces travaux représentent un coût total de 1M€ financé à 93% par la région et 7% par SNCF Réseau.

Un TER Perpignan – Villefranche assuré par une Z2 Languedoc, ici en gare de Prades ©Hunza

Dans le même temps, une étude préliminaire de ligne sera engagée pour définir le programme des opérations nécessaires entre 2023 et 2028 afin de garantir la pérennité de la ligne et faire évoluer l’offre dans l’optique d’une meilleure desserte du périurbain et d’une desserte estivale. Actuellement l’offre se compose de 8 allers-retours, cadencée toutes les heures au moment de la pointe du matin et du soir. Si la présidente de la région a demandé une nouvelle grille horaire à l’occasion de la réouverture de la ligne, il y a peu de chances que cela bouge. Dans les années à venir il sera donc nécessaire de rétablir la voie d’évitement de Prades (récemment supprimée), moderniser la signalisation entre l’Ille-sur-Têt et Villefranche-Vernet-les-Bains en passant à du BAPR permettant ainsi un cadencement de 30 minutes, ce à quoi on pourrait ajouter un cadencement d’une heure jusqu’à Font-Romeu et de 2h jusqu’à Latour-de-Carol via le train jaune.

Le nouveau PEM en gare de Prades assurant le rabattement des cars vers les TER

La mise en place d’un cadencement de ce type aiderait la fréquentation de la ligne qui est anormalement faible sachant le caractère péri-urbain et touristique qu’elle joue. La création d’un PEM (Pôle d’Echange Multimodal) à Prades va dans la bonne direction pour rabattre les bus sur le train et ainsi rejoindre Perpignan rapidement. Il est à noter également une amélioration de la qualité de service avec la radiation à venir des Z2 qui effectuent 100% des circulations de la ligne à ce jour. Elles devraient être remplacées par des AGC, voire peut-être des régiolis.

MàJ 16/02/2020:

Alors que les travaux et vérifications touchaient à leur fin, l’éboulement survenu dans les Pyrénées-Orientales début février n’a pas affecté uniquement le réseau routier. La ligne Perpignan-Villefranche se retrouve impactée au niveau de Ria où la géométrie de la voie ne permet plus le passage des trains. Par conséquent la réouverture de la ligne le 6 avril se cantonnera à la section Perpignan – Ille-sur-Têt, ce qui prouve par la même occasion l’absurdité d’avoir supprimé la voie d’évitement de la gare de Prades en 2010 qui aurait permis d’avoir des trains circulant sur quasiment toute la ligne. D’autant plus que Prades représente 6.124 habitants et abrite depuis peu un PEM captant les lignes de bus locales… On regrettera également que le délai d’avril ne suffise pas à remettre la plateforme en état, quand il avait fallu 1 mois pour entreprendre les colossaux travaux à Béziers lors des inondations de fin 2019.

Image
Suite à l’éboulement, le profil de la voie ne permet plus le passage des trains ©TrainEnTêt
Image
Fiche horaire des navettes provisoires entre Perpignan et l’Ille-dur-Têt

 

Source:

Photo d’illustration

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s