Travaux de maintien de l’exploitation au Grau-du-Roi

Dans le cadre du contrat de performance (sic) qui limite l’investissement de SNCF Réseau sur les lignes UIC 7 à 9 à 8,5% pour les travaux pérennes (et 0% pour les travaux non-pérennes), la ligne Nîmes – Grau-du-Roi se retrouve menacée par des ralentissements à cause de plusieurs décennies sans grands travaux de maintenance et de renouvellement. Pour éviter cela, la région Occitanie vient de voter un plan d’urgence de sauvetage des lignes de desserte fines du territoire parmi lesquelles se trouve la ligne de la Camargue Gardoise.

Roi.png

Si une petite section avait été renouvelée au Nord dans le cadre de la création d’une base travaux pour la LGV Nîmes-Montpellier, la ligne possède encore de nombreuses traverses en bois, souvent d’un certain âge et parfois sur rails DC (Double Champignon). À cela il faut ajouter une signalisation dépassée et en mauvais état qui empêche d’avoir une bonne exploitation de cet axe. Ainsi dans l’optique d’assurer le maintien des circulations jusqu’en 2022, des travaux vont s’étaler sur 4 ans pour un coût de 5,2M€ financé à 97% par la région.

En 2019 ce sont pas moins de 3.000 traverses qui seront remplacés entre les Pk 3+771 et 45+370 suivi de 4.000 traverses en 2020. Une troisième salve de 2.000 traverses aura lieu en 2021, soit un total de 9.000. Des travaux porteront également sur le remplacement de câbles non marqués, la remise en état d’artères câbles, la réparation du Pont Rail (PRa) du Rhony avec le remplacement des longrines ainsi que la régénération du CAPI95, système de signalisation téléphonique en service sur la ligne. Enfin en 2022 les moteurs électriques de calage et décalage du pont tournant de la Radelle à Aigues-Mortes seront remplacés et les circuits électriques et hydrauliques régénérés.

Un AGC entrain de traverser le pont tournant de la Radelle à la sortie d’Aigues-Mortes en direction du Grau-du-Roi ©Rémi.lapeyre

D’ici là, une étude préliminaire est en cours depuis janvier 2019 pour définir un programme d’opération à réaliser sur la période 2023-2028 pour garantir la pérennité de la ligne. À ce titre il serait bien sûr souhaitable de réaliser dans le cadre du CPER 2020-2025 un RVB (Renouvellement Voie Ballast) des sections encore en double champignon et traverses en bois, ainsi que de procéder au changement de la signalisation en passant à du BAPR (Block Automatique à Permissivité Restreinte) en lieu et place du cantonnement téléphonique actuel. Cela permettrait en effet une meilleure exploitation de la ligne avec pourquoi pas un cadencement d’une heure toute la journée entre Nîmes et le Grau-du-Roi. La ligne est pour l’instant utilisée en grande majorité pour les loisirs (plages du Grau-du-Roi, remparts d’Aigues-Mortes ou encore arènes de Nîmes) alors qu’il existe d’importants flux domicile-travail/étude entre ces trois villes. Or actuellement, en basse saison il n’y a que 3 allers-retours contre 5 en été. La région souhaite d’ailleurs à très court terme prolonger ces 5 allers-retours toute l’année pour essayer de commencer à capter des usagers quotidiens.

Un AGC en gare du Grau-du-Roi, terminus de la ligne. On notera l’état des traverses et la végétation sur les voies et quais … ©Hunza

 

 

Source:

Photo d’illustration

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s