Retour sur l’année 2018

La fin de l’année approche, c’est donc l’occasion de faire un point sur ces douze derniers mois écoulés et sur les principaux chantiers qui ont eu lieu à travers toute la région.

Dans le cadre du SD-Ad’AP, la région Occitanie a financé la mise en accessibilité de la gare de St-Sulpice-sur-Tarn pour permettre aux PMR (Personne à Mobilité Réduite) de prendre le train en toute autonomie grâce à la création de trois ascenseurs reliant la passerelle existante aux différents quais. Un quatrième ascenseur a été rajouté pour rejoindre le parking Nord à la demande de la ville.

Une centaine de mètres de voie ont été renouvelé en gare d’Albi-Ville ainsi qu’un renouvellement de ballast à Albi-Madeleine. Des opérations similaires auront lieu en 2019 sur plusieurs gares du quart-Nord-Est de Toulouse.

Pour faire face à l’augmentation constante du nombre de voyageurs, la région a fait l’acquisition de trains régio2N, plus long et à deux niveaux. Et pour permettre une capacité d’accueil maximale, les quais de l’axe Toulouse-Montauban ont été tout au long de l’année en travaux pour pouvoir offrir en 2019 des UM2 de régio2N. Autrement dit, des trains composés de deux rames de deux niveaux circuleront entre les deux villes.

Si de nombreux axes de la région sont renouvelés, la ligne Toulouse-Brive était la grande oubliée (comme le reste de l’axe national du POLT). Mais cela ne va pas tarder à changer avec la création d’un IPCS (Intervalle Permanent de Contre-Sens) entre Caussade et Lalbenque. Ces travaux, qui s’étaleront jusqu’en 2021, permettront à cette date de faire circuler des trains en contre-sens grâce à la signalisation, chose impossible à l’heure actuelle. Cet IPCS sera utile lors d’opérations de maintenance, de dérangement d’installation mais aussi lors de travaux. En effet, ces travaux annoncent la réalisation d’un RVB (Renouvellement Voie Ballast) entre Montauban et Cahors en 2021.

Image
TER Brive-Toulouse traversant les causes du Quercy ©Olivier Savoye

Pour faire face à l’augmentation constante du nombre de voyageurs, la région a fait l’acquisition de trains régio2N, plus long et à deux niveaux. Et pour permettre une capacité d’accueil maximale, les quais de l’axe Toulouse-Montauban ont été tout au long de l’année en travaux pour pouvoir offrir en 2019 des UM2 de régio2N. Autrement dit, des trains composés de deux rames de deux niveaux circuleront entre les deux villes.

Après une première tranche de travaux en 2017, les aiguillages côté Sud de la gare de Castelsarrasin ont à leur tour été renouvelés. Il s’agit d’une opération d’ampleur qui a nécessité une interruption des circulations puisque étant sur un axe important où circulent les TGV Paris-Toulouse et les Intercités Bordeaux-Marseille

  • Ligne Toulouse – Tarbes – Pau

Dans les cartons depuis de nombreuses années, le Passage à Niveau n°19 de Muret situé en pleine ville, à la sortie de la gare, connait ces dernières heures. Fermé depuis le mardi 3 avril, la trémie en cours de construction sera ouverte aux voitures, cyclistes et piétons d’ici fin 2019.

Entamé en 2015, le renouvellement de la ligne Toulouse-Tarbes se poursuit. En début d’année s’achevait la 4ème phase qui consistait à renouveler les rails, traverses et ballasts sur la section Boussens – St-Gaudens. Et pour cette fin d’année, c’est au tour de la section St-Gaudens – Capvern d’être traité. D’ici 2020 et la fin des travaux, la ligne retrouvera son temps de parcours nominal avec un gain de 15 minutes.

catenaire_p_12
Renouvellement de la caténaire vers Capvern. Dans quelques mois, la voie suivra ©INEO

Dans le cadre du RVB Toulouse-Tarbes, SNCF Réseau et l’Occitanie ont décidé de renouveler également le système de traction en remplaçant complètement les poteaux caténaires et la caténaire par un modèle nouvelle génération sur toute la section Montréjeau-Tarbes. Début 2018 a été mis sous tension la nouvelle caténaire entre Lannemezan et Capvern, et en cette fin d’année il s’agit du dernier tronçon Tournay-Tarbes qui est en cours de renouvellement, pour une mise sous tension en 2019.

  • Ligne Toulouse – Foix – Latour-de-Carol

À la suite d’opérations de surveillances, SNCF Réseau a identifié des marques d’usures importantes de la caténaire sur plusieurs sections. Étant situé en Haute-Ariège, l’Occitanie a dû financer quasiment seule le renouvellement des parties concernées, sans l’aide de l’État ou de SNCF Réseau. En 2019, une deuxième phase aura lieu.

Depuis plusieurs années, la partie péri-urbaine de la ligne de l’Ariège souffre d’un manque de puissance pour faire circuler de façon nominal les trains de nouvelle génération. Or, avec l’arrivée des Régio2N, la situation devient critique poussant ainsi SNCF Réseau à construire deux nouvelles sous-stations électriques à Venerque-le-Vernet et Saverdun. 2018 a marqué le début des travaux d’un poste 63kV qui alimentera la sous-station de Saverdun. À terme cela permettra notamment de faire circuler des régio2N en composition double.

TER Pamiers-Toulouse approchant de Venerque-le-Vernet ©VoieMidi
  • Ligne Toulouse – Carcassonne – Narbonne

Dans le cadre du nouveau quartier Montaudran aerospace, la ville de Toulouse, la région et SNCF Réseau procède à la suppression du passage à niveau 189 bis, situé au pied de la Halle des Machines. La circulation des voitures sera déportée vers le PN 190 actuellement fermé où une trémie est en cours de construction.

Même si elle ne fait pas partie du schéma national SD-Ad’AP, la gare de Bram s’est offerte en 2018 une passerelle équipée d’ascenseurs. Une mise en accessibilité nécessaire car la gare était traversée par des TGV, Intercités et autres FRET circulants jusqu’à 160 km/h!

Bram et sa nouvelle passerelle, avec un quai flambant neuf  ©PPK

Le renouvellement de la ligne Toulouse-Narbonne se poursuit. Après avoir traité la voie 1 de la section Castelnaudary-Carcassonne en 2017, il s’agissait cette année de la voie 2 du même tronçon. À partir de 2020 suivront les derniers kilomètres entre Carcassonne et Narbonne. À terme, la totalité du triangle Toulouse/Tarascon/Perpignan sera renouvelé, ainsi que la ligne Nîmes – Pont-St-Esprit.

  • Ligne Carcassonne – Limoux – Quillan

En 2018 s’est achevé la deuxième phase du renouvellement complet de la section Carcassonne-Limoux. Ces travaux ont permis de réaliser un gain de temps de 5 minutes et de mettre en accessibilité tous les quais des gares du parcours.

Au moment de la réouverture de la ligne après le RVB Carcassonne-Limoux, la section Limoux-Quillan est en revanche restée fermée. Redoutée depuis plusieurs années déjà, la région a inscrit le renouvellement de ce tronçon dans le cadre des Etats Généraux du Rail et de l’Intermodalité. Les études préliminaires doivent s’achever début 2019.

  • Ligne Narbonne – Perpignan – Portbou

En 2018, la région Occitanie a participé à la réactivation de l’ITE ( Installation Terminale Embranchée) de l’entreprise Lafarge à Port-la-Nouvelle. Ces travaux ont permis le retour de circulations marchandises hebdomadaires vers la cimenterie de La Couronne, au Sud d’Angoulême.

  • Ligne Perpignan – Latour-de-Carol

Si l’étude pour la redynamisation de la ligne du train jaune sera rendue en 2019, la région Occitanie finance déjà des travaux d’urgence sur les ouvrages d’art pour éviter une fermeture de la ligne. En 2018, des tunnels, murs de soutènements et ponts ont été traités.

  • Ligne Narbonne – Montpellier – Avignon

Après Perpignan et Cerbère, c’est au tour de la grande halle de Béziers d’être restaurée. Datant de 1869, elle retrouvera sa forme d’origine et offrira une meilleure luminosité aux voyageurs. Dans les années à venir, celle de Toulouse-Matabiau aura droit elle aussi à un dépoussiérage.

Dans le cadre de la construction de la LGV (Ligne à Grande Vitesse) Nîmes-Montpellier, le mois de juillet fut marqué par l’inauguration de la nouvelle gare TGV de Montpellier – Sud-de-France. Si peu de trains s’y arrêtent actuellement, la mise en service de la gare TGV de Nîmes – Pont-du-Gard fin 2019 entraînera un grand bouleversement sur les circulations du littoral.

La gare Sud de France a ouvert ses portes au public le 7 juillet 2018. / © QUET DOMINIQUE / Maxppp
Parvis de la gare nouvelle de Montpellier – Sud-de-France ©QUET DOMINIQUE

Après un an de travaux, le passage à niveau de Baillargues est définitivement supprimé. Cette opération vient parachever l’aménagement de la nouvelle gare et de son pôle d’échange multimodal qui a parmi à la halte de passer de 17.000 voyageurs par an à plus de 300.000 en 2017! D’ici 2020, le PN n°288 d’Agde sera à son tour supprimé.

Le renouvellement des grands axes de la région se poursuit sur le littoral. Après avoir traité la section Narbonne-Montpellier en 2015-2016, il s’agissait cette année de la voie 1 sur le tronçon Montpellier-Nîmes. La voie 2 suivra en 2019. À terme, la totalité du triangle Toulouse/Tarascon/Perpignan sera renouvelé, ainsi que la ligne Nîmes – Pont-St-Esprit.

D’un coût de 9,3M€, le Pôle d’Echange Multimodal (PEM) de Lunel est en train de prendre vie. En cette année 2018, le parvis de la gare a été élargi avec la création d’un dépose minute. S’en est suivi l’aménagement du parking Nord au pied de la rotonde. En 2019, il restera donc à aménager la halte routière de 6 quais, un équipement qui n’existait pas jusqu’alors. Enfin un deuxième parking sera créé portant ainsi le nombre de places de stationnement à 500. La gare sera ainsi prête à accueillir en décembre 2019 les nouvelles navettes TER Sète-Lunel.

La Région continue sa politique de soutien aux Installations Terminales Embranchées (ITE). L’Occitanie a participé à hauteur de 200.000 € au financement des travaux de remise en état de l’embranchement ferroviaire de l’entreprise Nestlé Waters qui exploite la source Perrier à Vergèze dans le Gard. Après 10 ans d’inactivité, l’entreprise se donne l’objectif de faire passer par le rail 70% de l’export maritime, soit 13.500 conteneurs par an qui iront vers la Fos-sur-Mer.

Durant l’été 2018, 66 poteaux caténaires ont été renouvelés entre Milhaud et Lunel sur la ligne du littoral. Ce chantier d’un montant de 1,5 M€ financé intégralement par SNCF Réseau consiste à remettre à neuf ces installations dégradées par les aléas climatiques. Une deuxième phase aura lieu en 2019.

  • Ligne Béziers – Millau – St-Chély-d’Apcher

    • Travaux d’urgence sur Millau-Séverac

La ligne de l’Aubrac, ou encore ligne des Causses, est une ligne rural dont l’avenir est compromis. Parmi les pistes pour redynamiser la ligne, la région compte sur la liaison Rodez-Millau. En attendant la réouverture de la section Rodez-Séverac, l’Occitanie a donc décidé de financer des travaux d’urgence sur le tronçon Séverac-Millau

TER Millau-Rodez survolant Compeyre ©PierreJoris
  • Ligne Nîmes – Alès – Langogne

La ligne du Cévenol fait également partie de ces lignes rural en danger. En Occitanie, il s’agit surtout de la section Alès-Langogne, dont les composants de la voie sont vieillissants, entraînant des limitations de vitesse et menaçant l’avenir de la ligne. Pour y remédier, la région a lancé un plan de sauvegarde en deux temps. Il s’agit d’abord de travaux d’urgence, principalement sur les ouvrages d’art, pour éviter une fermeture de la ligne. À cela s’ajoutent des travaux d’adaptation pour permettre l’arrivée de nouveaux trains: les régiolis. Dans un deuxième temps, il s’agira d’un renouvellement complet de la ligne qui permettra des gains de temps et une pérennisation de la liaison du Cévenol.

 

Enfin pour conclure cette année 2018, voici le TOP 5 des articles les plus consultés:

À l’occasion du SA2019, la région Occitanie avait exigé la création de correspondances à Latour-de-Carol entre les TER français et les Rodalies espagnols. C’est chose faite, désormais la ligne offre 4 allers-retours par jour réalisable en 6h et à partir de 13,50€. Mais cela s’accompagne d’autres changements mois réjouissant pour les usagers quotidiens …

Alors que la ligne est en danger depuis des années, la région a lancé simultanément une étude sur les travaux et l’évolutions de l’offre à entreprendre, et une série de travaux d’urgence jusqu’en 2020. Au-delà, l’heure sera venue d’un vrai renouvellement des composants de la voie. Explication.

Décidément, les voies qui mènent à l’Auvergne ne sont pas gâtées… Ici, les régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie vont procéder au renouvellement complet de la ligne entre Brive et … Lamativie, à la frontière avec l’Auvergne. Si cela permettra des gains de temps et une pérennisation de cette section, l’avenir reste sombre tant que la section Lamativie-Brive ne sera pas traitée …

2018 devait marquer la réouverture au trafic marchandise de la ligne Auch-Agen, ou tout du moins de la section Agen – Ste-Christie. Mais l’Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine, qui se sont mises d’accord sur ce projet, attendent que SNCF Réseau commence les travaux. Un blocage qui serait dû à un retard de versement de crédits européens. Tour d’horizon des travaux prévus.

La nouvelle est tombée à la fin de l’été: la principauté d’Andorre souhaite améliorer ses connexions avec ses voisins, et cela notamment par la création d’un train à crémaillère entre la ligne de l’Ariège et le Pas-de-la-Case! Le projet, qui est notamment soutenu par la chambre de commerce des Pyrénées-Orientales, pourrait être l’un des sujets de campagne des élections législatives de 2019. Affaire à suivre.

 

Joyeuses fêtes de fin d’année, et à 2019!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s