C’est parti pour le SA2019 Occitanie

Comme chaque année, le mois de décembre marque le début d’un nouveau Service Annuel (SA). Explication sur les principales évolutions à venir sur les lignes TER de la région.

Le premier gros changement concerne la ligne Toulouse – Foix – Latour-de-Carol. Comme l’exigeait la convention TER signée entre SNCF Mobilité et l’Occitanie, les TER seront désormais coordonnés avec les Rodalies espagnols. Il s’agit donc du retour du transpyrénéen Oriental reliant Toulouse à Barcelone via le col du Puymorens avec pas moins de 4 allers-retours par jour qui seront proposé aux usagers et un temps de trajet d’environ 6h pour un tarif à partir de 13,50€.

transpy1

Mais d’autres changements sont moins réjouissant. Face aux nombreux retards de cet axe, la SNCF a décidé de supprimer plusieurs trains en contre-pointe entraînant par la même occasion la suppression de train en fin d’heure de pointe. Ajouter à cela le maintien de la desserte alterné des gares péri-urbaines de Pins-Justaret et Venerque-le-Vernet, ces communes se retrouvent donc avec seulement 2 TER vers Toulouse l’après-midi par exemple! Une pétition a été lancé à ce sujet. On peut également citer la suppression du dernier TER quittant Toulouse à l’exception des vendredis et la désorganisation du cadencement. En effet là où les trains allant vers la ville rose passaient toutes les heures à 17 ou 47 en gare d’Auterive, désormais il faudra scruter les fiches horaires pour savoir si son TER passe à 17, 21, 44, 46, 47 ou encore 48 …

transpy2

 

Sur la ligne d’Auch, là aussi les nombreux retards ont poussé la SNCF à réduire légèrement la fréquence sur la partie péri-urbaine (ligne C). Point plus négatif encore, la desserte de Mérenvielle est considérablement réduite en contre-pointe alors qu’il s’agissait jusqu’à présent d’une gare desservit quasi systématiquement. Les habitants de la capitale de la Gascogne seront en revanche ravis d’apprendre qu’ils gagnent 2/3 allers-retours par jour.

 

Grande nouveauté du SA2019, et concrétisation de la fusion des régions: la création d’une liaison entre Toulouse et le Pays-Catalan. Pour cette première année, il s’agit de 3 allers Toulouse-Perpignan (4 durant l’été), et 2 retours Cerbère-Toulouse (3 durant l’été). Le plan de transport est renforcé par 6 allers-retours avec correspondance à Narbonne.  Chaque jour un TER sera éligible au tarif évasiO’ futé, c’est-à-dire 15€ pour un Toulouse-Perpignan par exemple. Dans 1 an, le nombre de TER direct passera à 6 allers-retours et 6 allers-retours avec correspondance.

TLS-PPN 2

TLS-PPN 1

 

Dernier gros changement dans la région, il s’agit des TGV rejoignant la vallée du Rhône. L’aller-retour quotidien reliant Toulouse à Dijon et Nancy est tout d’abord supprimé, retardant ainsi le premier train qui permet de rejoindre Montpellier depuis la capitale régionale. Deuxième point, le déplacement du terminus des TGV à destination de Lyon de la gare de la Part-Dieu à celle de Perrache en raison de travaux sur le réseau ferré. Ce changement entraîne la disparition des correspondances pour les TER de Genève et Annecy.

 

Parallèlement à tout cela, il est à noter à partir d’aujourd’hui la suppression des contrôleurs sur les sections Toulouse-Foix, Toulouse-Montauban, Carcassonne-Quillan et Nîmes – Grau-du-Roi (sauf en été). Ce changement de fonctionnement pose de nombreuses questions déjà évoquées au début de l’été et qui entraîne depuis plus d’une semaine une grève sur la région Toulousaine. Une pétition a été lancé pour demander à la direction de SNCF Mobilité de renoncer à cette suppression.

 

Sources:

Photo d’illustration 1
Photo d’illustration 2

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Thomas dit :

    Les élus de la région pleurent pour avoir une LGV reliant Toulouse à Paris…
    Mais il existe une grande ville appelée Barcelone, qui est à peine à 3h de Toulouse en train (et en partie à grande vitesse).
    Seulement, il n’existe même pas une ligne directe à l’année (pas rentable apparement) sans que cela n’émeuve personne…il serait donc temps que la région Occitanie arrête de regarder uniquement vers Paris et se tourne aussi vers ses régions cousines du sud et qui sont plus prospères qu’elles.
    Si vous souhaitez faire un weekend à Barcelone et rentrer un dimanche, il vous faudra partir à 12h si vous passez par la Tour-de-Carol, ou à 16h45 mais en payant 70-80 euros, et avec 1h15 d’attente à Perpignan puis 53 minutes supplémentaires de correspondance à Narbonne…
    Qui est le responsable de cette situation ahurissante ?
    A quand des liaisons ferroviaires dignes de ce nom ?
    Pourquoi vouloir nous condamner au Blablacar et aux bus Macron ?

    J'aime

    1. voiemidi dit :

      Les liaisons nationales (et internationales) sont gérées par l’Etat et SNCF. La région n’a pas grande influence sur ce genre de chose. Néanmoins, l’ancien président de Midi-Pyrénées avait annoncé souhaiter 3 AR quotidiens entre Toulouse et Barcelone. Plus récemment, la Catalogne réfléchit à un renforcement du nombre de trains vers Toulouse et Montpellier avec 6 allers-retours pour chaque ville. À suivre!
      https://actuteroccitanie.wordpress.com/2018/06/08/barcelone-souhaite-plus-de-train-vers-loccitanie/

      J'aime

Répondre à Thomas Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s