Nouvelle signalisation à Albi

Parmi les nombreuses opérations de renouvellement et développement du plan rail Midi-Pyrénées, qui a permis la pérennisation de la quasi-totalité des lignes TER de l’ex-Midi-Pyrénées, il y a un chantier qui n’avait pas abouti. Ce chantier, c’est celui de la modernisation de la signalisation entre les gares de Tessonnières (bifurcation Figeac/Rodez) et Albi-Ville. N’ayant pu se faire jusqu’à présent, SNCF Réseau a proposé à la région et l’État une modification des travaux prévus pour prendre en compte l’évolution des technologies.

  • Tessonnières-Albi en BAPR

À l’origine il était prévu de changer la signalisation, actuellement en Block Manuel (BM), en Block Automatique à Permissivité Restreinte (BAPR). Autrement dit, l’objectif était de passer d’un système d’espacement des trains (permettant d’éviter les rattrapages et les nez-à-nez) dit manuel car reposant sur l’action de l’homme et des règlements, à un système d’espacement dit automatique car reposant sur la détection des trains (circuits de voie, pédales, compteurs d’essieux). Le nouveau programme proposé fait partie du projet national Nextrégio qui a pour but d’utiliser les nouvelles technologies pour réduire les coûts de fonctionnement des installations.

albi.png
Plan de ligne avec en bleu la section en BAL, en rouge celles en BM et en vert la future section en BAPR

Dans notre cas il s’agit de mettre en place un BAPR « numérisé » qui détectera les circulations grâce à des compteurs d’essieux numériques de nouvelle génération (AZLM). Cette technologie, moins onéreuse à mettre en œuvre, permet avec une enveloppe financière comparable à celle du programme initial, de réaliser une deuxième opération à savoir l’amélioration de l’exploitation de ce tronçon en télécommandant la gare de Marssac. Actuellement 34 trains circulent chaque jour sur la section de ligne à voie unique Tessonnières – Albi-ville. La région et SNCF Mobilité envisagent à terme de passer à 52 circulations quotidiennes, soit 9 allers-retours supplémentaires. L’alliance du BAPR numérisé et de la télécommande de la gare de Marssac permettra ainsi de s’affranchir du seuil limite de 40 trains quotidiens du Block Manuel. Dans le détail, il est prévu:

• Maintien de la signalisation latérale pour éviter l’exportation de contraintes vers le matériel roulant
• Conservation des 2 Installations Terminales Embranchées (ITE) Eternit et Safra dont les modalités de desserte seront conservées, voire améliorées.
• Remplacement d’un taquet dérailleur C par un dérailleur unifié en gare de Tessonnières.
• Le redécoupage du Block Automatique Lumineux (BAL) entre Gaillac et Tessonnières comme prévu dans le programme initial pour permettre des opérations de jumelage/déjumelage en gare de Gaillac sans dégrader le débit de ce tronçon.
• Mise en œuvre d’une commande centralisée de la gare de Marssac depuis un poste de commande situé à Albi ou à Toulouse avec a minima le maintien de la vitesse actuelle de franchissement des appareils de voie à 40 km/h. Sachant le projet de CCR à Toulouse (Commande Centralisée Régionale) s’étendra jusqu’à Tessonnières, pourquoi pas imaginer à long terme une commande centralisée sur Rodez s’étendant vers Albi, Brive et Millau. Enfin les circuits de voie en gare de Marssac seront supprimés et remplacés par des compteurs d’essieux de nouvelle génération (AZLM).

La gare d’Albi-Ville, futur lieu de transition avec le block manuel VoieMidi

Pour toutes ces opérations, SNCF Réseau mutualisera les fibres optiques déployées pour la télécommande de la gare et la gestion de l’espacement des trains. Les travaux devraient avoir lieu à partir de 2021 pour une mise en service au 4ème trimestre 2022.

 

  • Etude pour Albi-Rodez

SNCF Réseau et la région Occitanie profite de ces travaux pour prolonger le projet Nextrégio sur la section Albi-Rodez. Il s’agit cette fois d’Etude Préliminaire de recherche (EPR) dont l’objectif est de proposer des solutions innovantes à mettre en œuvre sur cette section de ligne afin de réduire les coûts d’exploitation et de maintenance tout en offrant un niveau de performance adapté aux besoins de déplacement ferroviaire. Les sujets traités sont les suivants:

Géolocalisation des trains: Les travaux de GEOFER seront utilisés pour alimenter le projet Tech4Rail qui permettra d’éclairer les possibilités de géolocalisation des trains et de faire évoluer le système d’espacement.

• Passages à Niveau (PN) simplifiés et résilients aux pannes: Suppression de tout matériel à la voie et mise en œuvre d’une solution ERTMS de niveau 3 impliquant une transmission des conditions d’annonce et de continuité d’annonce du PN par le mobile via le Radio Block Center (RBC). Cela nécessiterait le contrôle permanent de l’état du PN,afin que les circulations ferroviaires soient en mesure de s’arrêter dans le cas d’obstacle ou de franchir le PN à vitesse réduite en cas d’avarie.

Signalisation sans câbles: La solution proposée nécessite l’acquisition de données et la commande ponctuelle des équipements situés en ligne. Ces fonctions seraient réalisées par l’intermédiaire de centres et postes de signalisation répartis tout au long du parcours. La communication avec les équipements à la voie (aiguillages, zones, détecteurs…) est actuellement réalisée par moyen filaire (cuivre ou Fibres Optiques). Afin de limiter les artères câbles, les traversées sous voie, le nombre de câbles et de permettre la communication des équipements avec le RBC, des solutions sans fil sont donc à envisager.

TER Rodez-Toulouse, ici traversant le Tarn entre Albi-Madeleine et Albi-Ville VoieMidi

• Solutions de productions autonome d’énergie d’alimentation des équipements: L’ensemble des PN, centres et postes situés en pleine ligne nécessitent une alimentation en énergie électrique impliquant le déploiement d’un nombre important d’alimentations électriques ponctuelles. Afin de limiter la création de points de raccordements au réseau de distribution public, le nombre de câbles d’énergie et les artères câbles, des solutions de production autonome et à base d’Énergie Nouvelle et Renouvelable (ENR) sont à envisager. Des systèmes d’alimentation par pile à combustible ou par cellules photovoltaïques répondant à ce besoin sont actuellement déployés sur le RFN à titre expérimental.

• Aiguilles énergétiquement autonomes et télécommandables par le mécanicien: Définir les principes de fonctionnement de cette solution

• Utilisation des fibres optiques (FO) privées et mise à disposition de bande passante dans les FO de SNCF Réseau: Explorer les possibilités offertes dans ce domaine avec des échanges d’informations sécuritaires

• Services complémentaires: Définir les services complémentaires qui pourraient être proposés par SNCF Réseau tels que l’accès aux informations utiles pour l’information des voyageurs délivrée en gare ou à bord des trains

TER Toulouse-Rodez survolant le Viaur sur le son célèbre viaduc serge imbert

Cette étude devrait aboutir en décembre 2020, date à partir de laquelle sera décidée la suite à donner en fonction des résultats.

 

Source:

Photo d’illustration

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s