Une nouvelle « autoroute » en Occitanie

Ce 25 septembre la région Occitanie a inauguré une nouvelle liaison ferroviaire au départ de Perpignan grâce à l’autoroute ferroviaire. Cette autoroute reliant Le Boulou à Calais et au Luxembourg, permet de faire rouler des trains de grande longueur (800m) sur des axes réputés plus fiable que les lignes « classiques » et permettant le passage de trains de grand gabarie avec aux extrémités des plateformes de chargement et déchargement de camion et/ou conteneur.

Carte des autoroutes ferroviaires en France

Cette nouvelle liaison marchandise exploitée par la Plate-forme Saint-Charles Conteneur Transport (PSCCT), chargée des services de transports multimodaux au cœur du marché international Saint-Charles, relie pour la première fois l’Allemagne (Saarbrücken) via l’opérateur Allemand DB Cargo. Le premier train a quitté Perpignan aux alentours de 17h avec 16 semi-remorques et un conteneur frigorifique, pour un temps de trajet estimé entre 16 et 17 heures pour 1000 km. À terme, la ligne devrait rapporter environ 400.000 € par an à PSCCT.

Dans le même temps la liaison Bettembourg – Le Boulou va passer à 4 allers-retours par jour d’ici fin 2018. Un nouveau service qui marquera un arrêt au chantier de Perpignan – St-Charles avant de poursuivre sa route vers le chantier du port de Barcelone via la ligne nouvelle. Cela s’ajoute à la mise en place en avril de deux allers-retours hebdomadaires Sète-Zeebrugge.

Train marchandise opéré par FRET SNCF le long des étangs de la Narbonnaise VALENT Luca

D’autres projets sont en cours comme la création d’une autoroute ferroviaire entre le Marché d’Intérêt National (MIN) de Rungis et Barcelone d’ici fin 2021, un projet de 100M€. Il existe actuellement une ligne Rungis-Perpignan réalisé par un train frigorifique effectuant 1 aller-retour par jour. Or sur le trajet retour (Rungis => Perpignan) le train n’est pas plein à 100% par manque de marché, ce qui ne serait plus le cas avec un prolongement vers la capitale Catalane. Objectif: 3 à 5 allers-retours par jour à grande vitesse pouvant transporter 50 semi-remorques par train, un chiffre alléchant quand on voit la file interminable de camion traversant les Pyrénées chaque jour… Dans le détail, Semmaris (société gestionnaire du Marché de Rungis) cherche 37M€ pour adapter le terminal français, 45M€ pour le matériel roulant et 27M€ pour le terminal Barcelonais auprès des régions, de l’État et de l’Union Européenne.

Enfin dans la région voisine, en Nouvelle-Aquitaine, le projet d’une nouvelle autoroute ferroviaire entre Calais et le Pays Basque est revenu sur le devant de la scène. L’objectif est d’adapter l’itinéraire sur 1050 km pour permettre le passage de longs trains (800 m) avec un grand gabarit sur l’ancienne ligne utilisée par les TGV avant l’ouverture de la LGV SEA.

 

Sources:

Photo d’illustration

https://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr/economie/infrastructures/2018-09-26/perpignan-saint-charles-ouverture-d-une-liaison-ferroviaire-vers-l-allemagne-791775.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s