CPER: l’Etat ne répond plus

Tous les 6 ans environs, l’État et les régions s’engagent sur un programme et un financement pluriannuels de projets importants d’aménagement du territoire (ferroviaire, routier, éducations, etc). Ce programme, appelé Contrat Plan Etat-Région (CPER), s’étend actuellement sur la période 2015-2020.

Rénovation du réseau ferroviaire : le gouvernement attendu au tournant
Pourcentage de réalisation des CPER à la fin 2017 ©LesEchos

Or malgré les belles paroles dans le cadre de la réforme de la SNCF, force est de constater que l’État n’assume pas sa part du contrat. À 2 ans de la date de fin du CPER de nombreux crédits sont bloqués par Bercy empêchant la réalisation de plusieurs opérations ferroviaires dans notre région. Tour d’horizon des projets à l’arrêt:

  • RVB Brive-Aurillac

Sans doute la plus discrète des lignes de la région, elle fait partie de ces liaisons menacées de fermeture en raison de l’état de la voie. Sur la section Bretenoux – St-Denis-près-Martel les trains roulent à 60 km/h au lieu de 90, tandis que sur la section St-Denis-près-Martel – Brive nous sommes à 80 km/h au lieu de 110 km/h. Si les trains, reliant l’Auvergne au Limousin, sont exploités par la région Auvergne-Rhône-Alpes, l’Occitanie n’abandonne pas pour autant les habitants de la vallée de la Dordogne. D’autant plus que c’est sur cette ligne, à la gare de Bretenoux, que se trouve l’usine de production des traverses en bois utilisées dans la France entière. C’est ainsi que le Renouvellement Voie Ballast (RVB) de la section Occitane est inscrit au CPER pour un montant de 27,2 M€. Or à deux ans de la fin du CPER, aucune nouvelle d’un tel chantier. Pire, au 1er janvier 2017 si la région Occitanie avait déjà engagé 4,07M€, l’État de son côté avait lui engagé 0€ …

  • RVB Alès-Langogne

Autre renouvellement important, celui de la section Occitane du Cévenol entre Alès et Langogne. Cette opération, très attendu, permettra d’assurer la pérennité de l’axe Nîmes-Langogne/Mende et de supprimer des restrictions de vitesse. En effet en comparaison à 1973, le trajet Nîmes – Clermont-Ferrand est rallongé de 27 minutes! Coût de l’opération: 43M€, mais là aussi sur 18M€ la région Occitanie a engagé 3M€ contre 0€ pour l’Etat…

AGC assurant le Cévenol entre Nîmes et Clermont-Ferrand ©Olivier Savoye
  • Doublement Arènes-Colomiers

Opération la plus importante pour l’étoile ferroviaire de Toulouse, l’achèvement du doublement de la section Arènes-Colomiers de la ligne Toulouse-Auch a pour but de fluidifier la circulation actuellement très tendue des TER reliant Auch et la capitale régionale mais aussi les navettes de la ligne C, sorte de RER Toulousain. Concrètement il s’agit de rajouter une deuxième voie entre les haltes du TOEC de de St-Martin-du-Touch, soit au niveau de la traversée du périphérique, ainsi que de procéder à la suppression du PN n°15 (Passage à Niveau) situé sur la halte de Lardenne. Or ce projet, d’un montant de 51,4 M€, est actuellement à l’arrêt. Pire, des rumeurs affirment que certains voudraient annuler les travaux car une troisième ligne de métro est en cours de réflexion à proximité, deux infrastructures qui n’ont pourtant rien à voir …

  • Banalisation Toulouse-Portet/Muret

Toujours sur l’étoile ferroviaire de Toulouse, il est inscrit au CPER la mise en place d’IPCS/Banalisation de la branche Toulouse – Portet-St-Simon, voire Muret. Cette opération, chiffrée à 18,05M€, permettra d’améliorer la fluidité de l’axe en cas de perturbation et de faciliter les travaux (notamment le RVB Toulouse-Tarbes en cours) en autorisant la circulation des trains sur la voie paire ou impaire indifféremment.

TER Toulouse-Foix quittant la gare de St-Agne ©VoieMidi
  • BAPR Foix – Ax-les-Thermes

Sur la ligne de l’Ariège, la totalité de la signalisation est géré par un système automatique  d’espacement des trains nommé BAPR (Block Automatique à Permissivité Restreinte), à l’exception du tronçon central de Foix à Ax-les-Thermes qui est en BM (Block Manuel). La modernisation de la signalisation, estimé à environ 5M€, permettra l’amélioration de la régularité de la ligne en Haute-Ariège, si les travaux sont réalisés …

  • Réouverture Montréjeau-Luchon

Chantier le plus important dans le massif Pyrénéen, la réouverture de la ligne de Luchon fermée en 2014 par manque d’entretien est une exigence de la région Occitanie qui finance la grande partie des travaux (25,5M€ sur les 36M€). Alors que les études doivent toucher à leurs fins avec un démarrage du chantier début 2019 et une mise en service en 2020, il semblerait que l’État n’ait toujours pas débloqué les 6M€ promis et SNCF Réseau chercherait à décaler le calendrier …

P09-Montrejeau-BV592
Ligne de Luchon peu de temps avant ça fermeture
  • Relèvement de vitesse Gers/Ariège

Dernière opération notable inscrite au CPER 2015-2020, les travaux de relèvement de la vitesse sur les axes du Gers et de l’Ariège. Le premier se situe entre l’Isle-Jourdain et Gimont pour un montant de 1,7M€ et le second concerne un tronçon de 10 km entre Tarascon et Ax-les-Thermes. Mais là aussi, pour que les usagers profitent de ces gains de temps il faudra visiblement attendre plusieurs années …

 

Source:

https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/0301779170958-renovation-du-reseau-ferroviaire-le-gouvernement-attendu-au-tournant-2183624.php

Photo d’illustration

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s