Menace dans la vallée de la Neste

Elle fait partir de ces lignes oubliées mais toujours présentes. La ligne Lannemezan – Arreau-Cadéac est mise en service en 1897 par la Compagnie des chemins de fer du Midi. Un prolongement d’Arreau jusqu’à Saint-Lary est concédé, toujours à la Compagnie du Midi, par une convention signée le 4 juillet 1908. Mais les travaux du prolongement ne virent jamais le jour et cette portion fantôme fut déclassée par une loi le 30 novembre 1941. Le service voyageurs du reste de la ligne ferma en 1969 avant un déclassement entre le PK 139,900 et 145,725 (gare d’Arreau-Cadéac) en 1992. Depuis il subsiste un trafic marchandise sporadique mais uniquement sur les 5 premiers kilomètres jusqu’à La Barthe-Avezac pour desservir l’usine électrochimique d’Arkema qui a fêté ses 100 ans en 2017 .

Circulation FRET sur la ligne d’Arreau en décembre 2015 ©S.Costes

Si cette ligne a résisté dans le paysage Pyrénéen c’est à cause, ou plutôt grâce, à son électrification. En effet lors du passage à 1500V, deux lignes triphasées 63kV alimentant les sous-stations depuis la centrale hydroélectrique de la SHEM ont été construites le long de la ligne de chemin de fer. Aujourd’hui propriété de RTE (Réseau de Transport d’Electricité), la ligne est ainsi régulièrement débroussaillée mais un projet d’enfouissement du réseau 63kV devrait voir le jour vers 2020. Le risque de déclassement complet et de déferrement refont ainsi surface!

https://lh3.googleusercontent.com/-SGj7Y981xuk/T0A2qNKKINI/AAAAAAAAdEA/mu-fjE_1Efc/s1024/_CHR0794.jpg
La ligne à la sortie du village de Camous ©Railwalker

Cette menace de disparition est notamment portée par le maire de Cadéac qui pousse depuis plusieurs années à la création d’une voie verte reprenant le tracé de la ligne. Si la création de voie verte est toujours positif pour protéger les (anciennes) emprises ferroviaires (Foix – St-Girons, Mazamet-Bédarieux, etc), il ne faut pas tomber dans l’excès en déferrant des lignes hâtivement comme cela a déjà été le cas dans le passé (Lunel – Grau-du-Roi, Montpellier-Bédarieux).

arr.png
Carte des lignes de Luchon (en jaune) et d’Arreau (en bleu) ©VoieMidi

Car la ligne Lannemezan-Arreau possède un potentiel à ne pas négliger. Longue de seulement 25 Km, la ligne dessert un bassin de population aussi important que la vallée voisine de Luchon où les travaux de réouverture vont démarrer d’ici 2021. À cela s’ajoute un potentiel touristique important avec la station de ski de St-Lary. En effet il s’agit de la station la plus fréquentée des Pyrénées Française avec 635.085 journées skieurs en 2018 contre 217.000 pour Luchon et 390.000 pour Ax-les-Thermes dont la fréquentation de la gare est multipliée par 7 lors de la période hivernale! Un accès ferroviaire rapide et ouvert toute l’année permettrait ainsi de doper encore plus les chiffres du domaine. Enfin il ne faut pas oublier le tourisme vert avec les nombreuses randonnées qu’offre la vallée de la Neste aux pieds du parc national des Pyrénées ainsi que les possibilités de trains de marchandises avec l’usine d’Arkema à La-Barthe-de-Neste (production d’hydrate d’hydrazine) et Imerys à Beyrède-Jumet (production d’alumines zircones, bauxite frittée et 2ème fournisseur en Europe de corindon brun haute performance)

La réouverture de la ligne Montréjeau-Luchon est estimé à 36M€ pour 35 Km. Celle d’Arreau fait seulement 25 Km auxquelles il faut ajouter les 12 Km jamais construit entre Arreau et St-Lary en correspondance avec le téléphérique menant à la station de ski, pour achever le projet de la compagnie du Midi. Dans le même temps le tunnel routière de St-Béat en cours de construction (1,1 Km) a nécessité 141 M€ en comptant les accès routiers.

dsc00712.jpg
Tracé du prolongement prévue par la compagnie du Midi d’Arreau à St-Lary

Si la réouverture à court terme est inenvisageable, ce serait une erreur de mettre fin à tout avenir ferroviaire dans cette vallée en déferrant la voie. La région à son mot à dire dans l’affaire puisque c’est elle qui autorise SNCF Réseau à déclasser ou non une ligne. Alors que le conseil régional mène une politique très ambitieuse avec la réouverture et/ou le renouvellement de 6 lignes TER, participera-t-elle à son tour à la disparition définitive de lignes qui ne sont plus sous les feux des projecteurs?

 

Sources:

https://www.ladepeche.fr/article/2018/05/18/2800027-ou-en-est-la-voie-verte-des-nestes.html#form_send_to_friend

http://railwalking.blogspot.fr/p/arreau-lannemezan-2011.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s